Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 19 avril

Lydia Schot est nommé présidente du consortium Vents de Dunkerque, qui réunit Eneco, Van Oord, Diamond Generating Europe et Boralex. Elle a dirigé plusieurs projets éoliens terrestres et offshore pendant plus de dix ans auprès de Globeleq, de la Banque Mondiale et d’Eneco. Le consortium est candidat à l’appel d’offres éolien offshore de Dunkerque.

Le turbinier danois LM Wind Power a annoncé la construction de la plus grande pale au monde. Elle serait la première à dépasser les 100 mètres de long, à 107 m exactement. Les pales seront rattachées aux éoliennes de 12 MW de General Electric, propriétaire de LM Wind Power. Une turbine pilote sera élevée près de Rotterdam, aux Pays-Bas.

Jeudi 18 avril

Senvion a obtenu de ses créanciers et actionnaires une facilité de financement de 100 M€ et le statut de debtor in possession, les prêteurs autorisant le nouveau management à rester aux commandes. Le turbinier est depuis la semaine dernière en cessation de paiement et sous la protection du droit allemand des faillites. Selon un expert de l’éolien, sur un marché déjà très disputé, Senvion, repris il y a quatre ans puis introduit à bas prix en Bourse, a tardé à répondre aux nouvelles conditions en Europe. Les sites encore disponibles, moins ventés, demandent des éoliennes plus hautes et des rotors plus larges. « À la différence de Vestas, entre autres, Senvion a raté le coche des vents faibles », diagnostique ce spécialiste.

Objet d’une réunion aujourd’hui entre l’administration et les filières concernées, le « décret tertiaire » sur l’obligation de travaux de rénovation énergétique, laisse dubitatif. Les sanctions sérieuses n’ont pas réapparu, officiellement pour cause de difficulté législative. Comme le précise un syndicat de professionnels de l’énergie, « le vrai enjeu sera l’arrêté » qui concrétisera ou non les obligations réelles et les exonérations. Une première version doit être proposée en mai. Le décret est pour sa part  prévu pour cet été.

Le réseau pour la transition énergétique CLER a tiré le 16 avril le signal d’alarme sur la rénovation énergétique des bâtiments. Selon l’organisation, le gouvernement recule sur tous les objectifs fixés, adopte une logique court-termiste et s’apprête à sabrer les crédits du service public de la rénovation énergétique, à l’instar des espaces info énergie dont le financement s’arrête fin juin 2019. Un an après le lancement du plan gouvernemental, les associations dénoncent un plan de communication sans acte.

En 2018, RES a construit 45,6 MW éoliens en France ; 5 MW solaires ont été mis en service, suivis par 19 MW proches du raccordement en ce moment. Le groupe britannique se lance dans le stockage aussi dans l’Hexagone, avec un premier projet prévu en 2020.

Selon l’association WindEurope, l’Europe a investi 27 Mds€ dans les nouveaux parcs éoliens en 2018, pour 12,5 GW d’éolien terrestre et 4,2 GW d’éolien offshore.

Le consortium pour l’innovation dans les batteries a publié une carte interactive recensant les projets de stockage avec des batteries au plomb dans le monde. Plus de 120 projets ont été repérés.

Total Eren et le développeur norvégien NBT AS ont signé des accords de financement pour la seconde phase du projet éolien terrestre Syvash (250 MW) dans la région de Kherson, en Ukraine. Cette phase de 107,6 M€ (pour un investissement total de 262,6 M€) a été contractée auprès de Proparco, The Black Sea Trade and Development Bank (BSTDB), Finnfund, The Danish Development Finance Institution (IFU) et NEFCO.

Mercredi 17 avril

La Banque européenne d’investissement (BEI) a accordé à la métropole de Grenoble un prêt de 100 millions d’euros pour financer ses projets dans la transition écologique, notamment dans l’énergie.

Le constructeur automobile Renault lance une expérimentation sur la livraison urbaine en véhicules utilitaires électriques. Il va prêter une dizaine d’exemplaires de son modèle EZ-FLEX en Europe à des entreprises ou collectivités locales « pour collecter toutes les données d’usages pertinentes, afin de mieux comprendre les besoins de la livraison urbaine au quotidien ».

Le 29 avril, Budget Telecom va lancer une offre d’électricité verte à destination des professionnels dont la puissance du compteur est inférieure à 36 kVA, une déclinaison de son offre Mint Energie destinée aux particuliers.

Le français Enertime a signé un accord avec le chinois Beijing Huasheng ORC Technology pour créer une co-entreprise en Chine. Elle fabriquera des machines ORC sur la base de la technologie Enertime.

Mardi 16 avril

Sonnedix fait l’acquisition de 55 MW d’ombrières solaires en France auprès de Glenmont Partners, ce qui porte la capacité installée de la filiale de J.P. Morgan Asset Management à 244 MW dans l’Hexagone.

Vattenfall s’approvisionnera auprès de Siemens Gamesa pour son parc éolien en mer hollandais de Kust Zuid tranches 1 et 2, prévu sans subvention. La commande comprend 76 éoliennes de 10 MW. Elle pourrait être doublée si l’énergéticien suédois remporte les zones 3 et 4.

Le nouveau gouvernement du Pakistan a dévoilé ses objectifs pour 2030 : 30% de l’électricité devra provenir d’énergies renouvelables, dont l’éolien, le solaire, la petite hydroélectricité et la biomasse, avec 30% supplémentaires (50 MW) issus de grandes centrales hydroélectriques.

Lundi 15 avril

La France a battu un record de production solaire vendredi 12 avril à 13 h 45 avec
6 371 MW, soit 10,7% de la consommation d’électricité, selon RTE. Ce volume est en général atteint les mois d’été. Le facteur de charge a atteint 74,7%, contre 14% en moyenne sur l’année 2018. Le solaire était la 2e source de production, derrière le nucléaire.

Neoen a inauguré le 9 avril dernier des ombrières solaires totalisant 16 MW à Corbas, près de Lyon. Le projet couvre 12,5 hectares et devrait produire 19 500 MWh/an.

La Banque de France constate que les prêts destinés aux travaux de rénovation énergétique des logements souffrent de taux d’intérêt élevés, plus par exemple que pour les crédits automobiles. Le document de travail n°176 de l’établissement, qui a étudié une base de données de dossiers de 2015 et 2016, estime que les prêteurs utilisent la destination du prêt comme un outil d’analyse des caractéristiques non observées des emprunteurs. La Banque de France s’inquiète de cette “barrière à l’objectif de massification des travaux de rénovation.”