Les résultats 2018 de Neoen mettent la pression sur ses concurrents

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Neoen)

Neoen surfe sur le début de transition énergétique mondiale et ce n’est sans doute pas fini. Ses résultats 2018 et ses prévisions pour les années qui viennent, publiés aujourd’hui 18 avril (consultables en détail ci-dessous), le laissent penser. Ils suggèrent une fois de plus la capacité de ce développeur-producteur désormais détenteur de 1 492 MW en production à profiter au maximum et pendant encore longtemps de l’investissement public et privé dans les énergies renouvelables, au travers des contrats d’achats long terme : « A fin 2018, la durée résiduelle moyenne de ces contrats était de 15,6 ans, et le montant total des revenus cumulés garantis aux termes des contrats d’achat sécurisés se montait à cette date à 5,7 milliards d’euros », signale son communiqué. Presque 6 Mds€ de revenus certains, pendant plus de 15 ans : de quoi faire rêver nombre de chefs d’entreprise…

Double salto avant pour l’Ebitda

Cela dit, cette manne ne tombe pas seulement du ciel. Elle provient de ...

la capacité de cet IPP* introduit en Bourse en octobre dernier à dérouler un modèle défini il y a dix ans puis actualisé opportunément, comme en témoignent ses nouvelles installations de stockage en Australie, en France et au Salvador. Un modèle qui se résume ainsi : éolien + solaire + stockage, à 80% réalisé dans les pays de l’OCDE, en tout cas là où les EnR s’approchent de la parité réseau et peuvent générer des revenus en monnaie forte.

Sur le terrain, la formule produit de gros résultats à l’heure actuelle, avec un chiffre d’affaires en hausse de 63%, à 228 M€, et un Ebitda (variante de résultat d’exploitation) qui passe de 72 M€ à 174,4 M€. Cette explosion doit beaucoup à la mise en service de 391 MW en 2018. La tendance ne semble pas près de fléchir puisque la capacité en construction actuelle atteint 1 154 MW, dont la moitié est annoncée pour un raccordement en 2019. Ce nouveau business garanti explique que le groupe présidé par Xavier Barbaro prévoit déjà un Ebitda entre 220 M€ et 235 M€ cette année. Beauté des PPA*** publics et privés EnR, conjugués à la vigueur commerciale de la filiale d’Impala…

Le repowering en ligne de mire

Le tout permet à Neoen de confirmer les prévisions pour 2022 affichées lors de l’IPO**, soit 5 GW en production ou en construction en 2021 et un Ebitda de 400 M€. Les 450 M€ levés en octobre, la capacité d’emprunt et le flux net de trésorerie (504 M€, + 244 M€ en 2018) devraient suffire à financer cette future infrastructure, selon Xavier Barbaro. On notera que le dirigeant signale un intérêt persistant pour le marché français et notamment pour le développement éolien, considéré comme « très rémunérateur ». Il n’exclut pas des acquisitions dans l’Hexagone (« certains développeurs ne parviennent plus à avancer dans un secteur devenu dur ») mais sans y attacher une importance stratégique. Et comme d’habitude, ces acquisitions pourraient témoigner d’une capacité d’anticipation ; Neoen paraît en effet s’intéresser de plus en plus près au repowering éolien, y compris celui des sites concurrents : « donner une deuxième vie aux parcs éoliens, cela nous parle », formule Xavier Barbaro.

Dernier trait marquant de cette entreprise, comme de nombre de ses compétiteurs : son résultat net, de seulement 13,5 M€. Il est en grande partie marqué par le service de la dette, laquelle progresse logiquement en proportion des actifs financés. La dette financière brute de Neoen atteint aujourd’hui 1,7 Md€, pour des fonds propres de 655 M€. Signe rassurant : elle est en quasi totalité attachée aux projets et non à l’entreprise (seulement 16 M€ de dette corporate), ce qui signifie que l’emprunt est représenté par un supplément d’infrastructure, pas par des dépenses de fonctionnement. Introduite à 16,5€ en octobre, l’action cotait 19,36€ à 11 00 aujourd’hui.

*Independent power producer

**Initial public offering, introduction en Bourse

*** Power purchase agreement, contrat d’achat à long terme d’énergie

Consulter les résultats de Neoen en 2018 (ici en PDF) :