L’éolien européen ralentit en 2018

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : WindEurope)

Le développement éolien européen n’a pas affiché une grande forme en 2018. Le volume raccordé est au plus bas depuis 2011, selon les chiffres communiqués par l’association Wind Europe. Seuls 11,7 GW ont été mis en service, soit une baisse de 32% par rapport à 2017. La faute à la diminution des installations en Allemagne (2,4 GW, – 55%) et à son effondrement en Grande-Bretagne (600 MW, – 80%). Mais aussi à ...

l’indifférence persistante de nombre de pays, surtout est-européens, à l’égard de l’éolien : 12 d’entre eux n’ont rien raccordé du tout l’année dernière. Avec son 1,5 GW mis en service, la France « se maintient » mais ne peut en aucun cas compenser les coups de fatigue britannique et allemand.

Parmi les raisons de ce ralentissement, selon Wind Europe, des recours juridiques plus nombreux Outre-Rhin, comme en France, et un soutien public de plus en plus parcimonieux. Il n’est pas sûr que la tendance de 2018 s’inverse rapidement. L’éolien allemand et français fait la part belle désormais aux appels d’offres, pour réduire les subventions, mais ceux-ci n’attirent pas autant que l’espèrent les pouvoirs publics. En témoignent les 476 MW apportés par les développeurs lors du dernier appel d’offres en Allemagne, sur 700 MW prévus.

L’énergie éolienne a alimenté 14% de la consommation électrique du continent l’année dernière, soit 362 TWh sur 2, 645 TWh ; 309 TWh étaient d’origine terrestre, 53, offshore.