AO bâtiments T6 : des résultats incertains mais déjà surprenants

Print Friendly, PDF & Email
Toitures solaires. (Crédit : Sunalp)

Les résultats de la sixième session de l’appel d’offres solaire sur bâtiments et ombrières suscitent l’étonnement. D’une part, parce qu’ils sont incomplets pour le moment : le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) a publié ce 1er février une liste partielle de 196 projets alors qu’il signale par ailleurs en avoir retenu 243. D’autre part, ce classement sans doute provisoire représente un volume de 97 MW, très loin des 300 MW désormais proposés aux développeurs. Or, il est improbable que les 47 projets lauréats manquants comblent l’écart ; l’appel d’offres paraît donc avoir été fortement sous-souscrit.

Où en est le réservoir de projets ?

Les développeurs ont manifestement du mal ...

à répondre aux nouveaux volumes proposés. Pour rappel, la session précédente proposait 225 MW et 75 MW supplémentaires étaient donc appelés pour ce round 6. Pourquoi ne sont-ils pas au rendez-vous ? « Nous essayons de comprendre et nous nous interrogeons en fait sur le pipe global de projets, indique David Gréau, responsable du bureau parisien et des relations institutionnelles du syndicat Enerplan. Plusieurs signaux nous interpellent : les appels d’offres en autoconsommation sont sous-souscrits, cette 6e période CRE4 sur bâtiments aussi et les tarifs d’achat en guichet ouvert pour le 1er trimestre remontent légèrement (18,72 €/kWh contre 18,59€/kWh pour les installations de moins de 100 kW, NDLR), ce qui laisse penser qu’Enedis enregistre moins de demandes qu’auparavant. »

Le prix de l’énergie augmente

Un autre constat étonnant ? Pour la première fois depuis le début de l’appel d’offres CRE4, le tarif moyen des deux catégories (0,5 MW-8 MW et 100-500 kW) est orienté à la hausse. Rappelons que les prix plancher et plafond ont été un peu plus tirés vers le bas par la Commission de régulation de l’énergie en juin dernier. Or, selon les chiffres communiqués par le MTES et sous réserve qu’ils ne soient pas corrigés, le tarif moyen pour les centrales de 0,5 MW à 8 MW ressort aujourd’hui à 77€/MWh contre 72,2€/MWh lors du round précédent. Pour les installations entre 100 et 500 kW, l’électricité est proposée à un prix moyen de 91€/MWh, à comparer à 82,2€/Wh en septembre 2018 pour la session 5 selon les calculs effectués alors par le cabinet de conseil Finergreen.

De sa première analyse de la liste vraisemblablement temporaire du MTES, Enerplan retient en outre que l’essentiel des projets est vraiment concentré dans le Sud de la France, ce qui n’empêche pas le tarif moyen d’être orienté à la hausse. « Il est possible qu’une partie des projets « faciles » ait été réalisée et que ceux à venir nécessitent des investissements plus importants », suggère David Gréau. Les résultats complets et définitifs de cette session pas comme les autres modifieront-ils cette impression ?