Un projet suédois offgrid alimenté à 100% par du solaire et de l’H2

Print Friendly, PDF & Email

(c) Better Energy

La commune de Vårgårda, dans le comté de Västra Götaland, dans le sud de la Suède, abrite un projet offgrid particulièrement innovant. Un immeuble de 30 logements, non connecté au réseau, est alimenté uniquement à base d’énergies renouvelables grâce à un système couplant du solaire photovoltaïque à une pile à combustible. L’installation va être étendue à cinq autres immeubles permettant de fournir électricité et chaleur 100% renouvelable à 172 logements.

Stockage saisonnier

Ce projet est mené par la régie locale Vårgårda Bostäder, avec l’aide de deux entreprises : le ...

suédois Nillson Energy et le danois Better Energy. Le toit du premier immeuble a été équipé de panneaux solaires cumulant 109 kWc. Il en sera de même pour les cinq autres, soit une capacité de production totale de 654 kWc. La production photovoltaïque a été dimensionnée pour couvrir l’ensemble des besoins énergétiques des habitants, ce qui laisse entendre qu’il s’agit de bâtiments à très haute performance énergétique. Par ailleurs, la Suède se caractérise par des variations d’ensoleillement très importantes entre l’été et l’hiver, comme tous les pays situés sous ces latitudes. Pas vraiment idéal pour faire coïncider les courbes de consommation et de production d’énergie solaire…

Ces caractéristiques physiques ont imposé un système de stockage fiable et surtout de long terme (plusieurs mois). Les partenaires ont choisi l’hydrogène, « le plus simple, le plus léger, et le plus abondant élément présent sur Terre », rappelle Better Energy. La production photovoltaïque excédentaire, notamment en été, est stockée dans une batterie qui alimente un électrolyseur pour la production d’hydrogène. L’H2 est compressé à 300 bars et stocké dans un réservoir dédié pour faire face à l’hiver. Il est ensuite libéré pour alimenter une pile à combustible (PAC) qui fonctionnera comme une cogénération. En effet, si le rôle premier de la PAC est de générer de l’électricité, la réaction produit de la chaleur qui est récupérée et envoyée dans l’immeuble. Les partenaires n’ont en revanche pas précisé la capacité de stockage d’H2.

Un modèle pour les ZNI ?

Les promoteurs du projet, dont le coût n’a pas été révélé, estiment que ce modèle pourrait être particulièrement utile pour assurer la fourniture d’électricité dans les zones non-interconnectées comme les îles. Ce projet n’est d’ailleurs pas sans rappeler l’expérimentation de micro-réseau 100% autonome, inaugurée à l’été 2017 par EDF et le Syndicat d’électrification Sidelec sur l’île de La Réunion.