En Ecosse aussi, parcs éoliens et radars font mauvais ménage

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : RAF)

Les développeurs éoliens français et leurs associations professionnelles ne sont pas les seuls à être confrontés aux contraintes des radars, militaires et civils. Pourtant réputée plus souple sur le sujet que son homologue tricolore, la défense britannique vient de monter au créneau sur un méga-projet éolien terrestre prévu pour  l’archipel écossais des Shetlands. Le consortium Viking Energy souhaite y augmenter de 10 mètres la hauteur des futures 103 turbines prévues et la porter à 155 mètres. Une demande a été formulée à cet effet en novembre auprès du gouvernement écossais. Impossible, prévient le ministère de la Défense, qui est intervenu cette semaine auprès du consortium.

Un nouveau radar peu accomodant

Installé à 284 mètres de hauteur sur la colline Saxa Vord, point culminant de l’île d’Unst et station radar historique pour la Grande-Bretagne, 
héritée de la guerre froide, le dispositif de surveillance ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.