Vite vu

Print Friendly, PDF & Email

Vendredi 7 décembre

68,2€/MWh. C’est le prix moyen proposé par les lauréats de la 2ème tranche de l’appel d’offres éolien terrestre dont les résultats décevants ont été rendus publics début septembre par le MTES, qui n’avait pas communiqué à l’époque sur le prix. Pas plus que la CRE qui avait occulté le prix dans sa délibération du 13 septembre. Un prix en hausse de 3€/MWh par rapport à la 1ere tranche.

Le fabricant français de panneaux photovoltaïques FranceWatts a définitivement mis la clé sous la porte. L’entreprise Gautier qui l’avait repris en novembre 2014 a été liquidée à son tour mi-novembre.

Le spécialiste des navettes autonomes et électriques Navya revoit en forte baisse son objectif de chiffre d’affaires 2018 : ce ne sera pas 30 M€ comme annoncé lors de son introduction en Bourse mais plutôt entre 17 et 19 M€.  En cause : des retards dans la réalisation de projets et l’évolution de la réglementation aux Etats-Unis, qui bloque des délivrances d’autorisation.

La société de gestion d’actifs Weinberg Capital Partners lance un volumineux fonds dimpact investing, de  150 à 200 M€. Il vise des prises de participation minoritaire dans de nombreux secteurs tels que l’agroalimentaire, la santé ou le sport.

Jeudi 6 décembre

EDF lance une prime « Coup de pouce » pour aider à remplacer sa chaudière au fioul par une pompe à chaleur. L’électricien EDF abondera à hauteur de 50 % la prime « Coup de pouce économie d’énergie » mise en place par le gouvernement, permettant aux ménages les plus modestes d’obtenir une prime de 4 500 €, et 3 000 € pour les autres, versée après la fin des travaux. Le groupe français proposera aussi une offre de -15% sur la première année du contrat d’entretien de la pompe à chaleur, s’il est pris avant le 31 décembre 2019, via sa filiale CHAM. Cette prime est cumulable avec d’autres aides comme le CITE et l’éco-prêt à taux zéro.

La start-up Sterblue, qui élabore des drones d’inspection des éoliennes et des réseaux électriques, vient de boucler un premier tour de table de 2 M$ (1,7 M€) auprès des américains The Westly Group, Innogy New Ventures, et Gagarin Capital, du portugais EDP Ventures et du lituanien Contrarian Ventures. Sterblue va notamment s’implanter aux États-Unis et a ouvert un bureau à San Francisco.

Le volume de demande de garanties d’origine en Europe pourrait dépasser les 750 TWh en 2018, selon Tom Lindberg, directeur du fournisseur de solutions d’énergies renouvelables Ecohz (interrogé par nos confrères de Renewable Now). En forte hausse donc puisqu’il culminait à 472 TWh en 2017.

Simec Atlantis a signé un accord de subvention d’1 M€ avec l’Agence exécutive pour les petites et moyennes entreprises (EASME), une agence de la Commission européenne. Ces fonds seront dédiés à l’amélioration de la technologie de son hydrolienne MeyGen d’une capacité de 6 MW.

Mercredi 5 décembre

Selon une étude de S&P Global Ratings sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie et EDF, « la PPE suppose la vigueur des exportations d’électricité made in France vers les pays voisins (…) En l’absence de croissance des exportations, l’offre excédentaire d’électricité pourrait se traduire par la réduction de la capacité nucléaire existante ou par un moindre déploiement de la capacité en énergie renouvelables. »

Philippe De Backer, le secrétaire d’État belge à la Lutte contre la fraude sociale, à la Protection de la vie privée et à la Mer du Nord, a étendu la zone sur laquelle pourront être installés les prochains parcs éoliens offshore. La surface passe de 221 à 281 km2 pour une capacité potentielle restée inchangée : 1,7 GW. La Belgique travaille actuellement à un nouveau cadre concurrentiel qui doit permettre de voir émerger des projets sans soutien public, à l’instar de ses voisins hollandais et allemands.Le développeur espagnol Solaria a signé, coup sur coup, deux PPA d’une durée de 7 ans de respectivement 52 et 50 MWc avec Repsol. Le groupe pétrolier sécurise ainsi ses approvisionnements nécessaires à la commercialisation de son offre d’électricité verte lancée cette année en Espagne. Repsol a confirmé en juin son début de transition énergétique en annonçant un plan stratégique 2018-2019 prévoyant 2,5 Mds€ d’investissements dans des projets EnR.

CENACE, le régulateur mexicain de l’énergie, a annoncé que le quatrième appel d’offres EnR, qui devait se tenir en novembre, puis en décembre, était temporairement suspendu en raison de changements dans l’administration des acteurs et institutions clés du secteur : la Comisión federal de la electricidad (CFE), le secrétariat à l’énergie (SENER) et le CENACE. Ces changements seraient liés à l’élection d’Andrés Manuel López Obrador à la présidence de la République mexicaine.

Mardi 4 décembre

L’éolien flottant avance en Californie. Trident Wind a signé un premier accord avec la ville de Morro Bay en Californie centrale, sur les infrastructures nécessaires à son méga-projet, prévu pour 2025. Fondé par un ancien dirigeant de Principle Power, Trident Wind prépare 1 GW et 100 éoliennes flottantes à 53 km au large de Morro Bay. La société s’est alliée en juin avec le développeur allemand EnBW, via une JV dédiée.

L’industriel Deme sera l’Epciste du futur parc éolien offshore belge SeaMade de 487 MW, au large d’Ostende (projets Mermaid, 235 MW et Seastar, 252 MW). Les deux sous-stations sont confiées à une alliance entre GeoSea (filiale de Deme), Engie et Smulders. Le câblage est aussi confié à une société du groupe, qui emporte un contrat de 500 M€ en tout. Allié désormais à Shell et Lucia, Deme est candidat à l’appel d’offres de Dunkerque.

Ovo Energy France est autorisée à exercer l’activité d’achat d’électricité pour revente aux clients finals et aux gestionnaires de réseaux pour leurs pertes (arrêté du 14 novembre au Journal officiel du 4 décembre)

Lundi 3 décembre

Interrogé sur RMC le 30 novembre, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a annoncé que le gouvernement va « regarder s’il ne faut pas baisser [la CSPE] pour amortir la hausse des prix de l’électricité ».

Une dizaine d’entreprises et instituts chinois et européens – parmi lesquelles IFP Energies Nouvelles et Total – se sont rassemblées au sein du projet Chinese European Emission Reducing Solutions (ou Cheers). Les partenaires travaillent sur la démonstration du captage de CO2 par oxycombustion. Un prototype d’une capacité de 3 MWth devrait être mis en service à Deyang, en Chine, pour une durée de 5 ans (2018-2022).

Le gouvernement japonais a proposé une loi afin de soutenir le développement de l’éolien offshore via des appels d’offres. Elle n’a pas encore reçu l’approbation des deux chambres du Parlement japonais (la Diète) mais devrait passer au printemps 2019.

Le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, a adopté le 30 novembre une loi qui permet des appels d’offres solaires et éoliens de 8 GW entre 2019 et 2021. La loi inclut aussi la baisse des subventions pour les projets solaires entre 40 kW et 750 kW, et davantage de soutien pour la cogénération.