Les cimentiers français promettent d’abandonner les combustibles fossiles

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Calcia)

Classé au cinquième rang des secteurs industriels les plus producteurs de gaz à effet de serre – 2,9% des émissions en France –, le ciment veut apparemment faire de gros efforts. « Nous sommes dans un contexte d’urgence, avec l’augmentation des températures planétaires mais aussi celle de la population, qui va obliger à construire deux fois plus d’ici 2050 », considère Bénédicte de Bonnechose, directeur général de Lafarge France et présidente du Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic). De manière à converger avec la stratégie bas carbone nationale, la filière veut à long terme, en 2050 justement, réduire de 80% ses émissions. Pour cette industrie, ce serait quand même une révolution, même si des progrès ont déjà été effectués – les dégagements de CO2 du ciment ont baissé continûment pendant les dernières décennies.

Priorité aux combustibles de récupération

Comment faire cette révolution ? En transformant deux activités : la ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.