Le foncier, principal obstacle au solaire en France

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Albioma)

Des prix des modules photovoltaïques toujours à la baisse, des taux d’intérêt historiquement bas, des appels d’offres tous les six mois, les planètes ont rarement été aussi alignées pour les développeurs solaires en France. Pourtant, tous s’accordent sur un point : trouver des terrains pour de grandes installations solaires est de plus en plus difficile. Ils étaient réunis mardi 6 novembre à Paris à l’invitation de l’Office franco-allemand pour la transition énergétique (Ofate) pour débattre du futur des grandes centrales au sol.

Favoriser les friches

De toutes les énergies renouvelables, le solaire est devenue l’une des plus compétitives (52 €/MWh pour le dernier AO centrale au sol). Cette technologie trouve à ce titre grâce aux yeux du gouvernement qui adopte une approche pragmatique coût/production, notamment dans ses arbitrages toujours en cours sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Dans ce cadre...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.