Un datacenter à énergie positive bientôt en service en Suède

Print Friendly, PDF & Email
© EcoDataCenter

EcoDataCenter, développeur suédois d’entrepôts de données économes en énergie, mettra en service cet automne un datacenter qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. « Lorsque 1 kWh d’électricité est introduit dans un serveur, 1 kWh de chaleur en sort. Cette chaleur à 30 C° est portée à 90 C° via une pompe à chaleur.  Elle sera transportée vers un réseau de chaleur ou une usine de granulés de bois », détaille Lars Schedin, président d’EcoDataCenter.

Basée à Falun, dans le centre du pays, l’unité de 2 MW n’engendrerait aucun coût supplémentaire, selon  ...

Lars Schedin : « Notre Opex (coûts opérationnels) est faible du fait des économies d’énergie, justement, et notre Capex (coût d’investissement) est meilleur que celui de nos concurrents, donc l’investissement global est moindre », affirme le dirigeant. Le data center est classé Tier IV, c’est-à-dire qu’il est au plus haut niveau de garantie avec une disponibilité de 99,99%. EcoDataCenter indique ne pas avoir prévu d’implantation en France pour l’instant, mais compte maintenant se tourner vers le voisin norvégien.

En France, les datacenters à énergie positive n’existent pas, mais les initiatives ne manquent pas pour réduire les consommations. C’est par exemple le cas de l’université de Bourgogne, qui a remplacé son ancienne chaufferie au charbon par un datacenter ; la « Poudrière Numérique », à Arras (Pas-de-Calais), qui se refroidit grâce à de la géothermie et à du freecooling ; ou encore l’unité de DeepData, qui a choisi une grotte près de Saumur (Maine-et-Loire) pour garder les serveurs à 11 °C.