Les enjeux des microgrids en Asie du Sud-Est [Compte-rendu]

Print Friendly, PDF & Email
(c) GreenUnivers

[Compte-rendu des 2èmes Rencontres internationales de la transition énergétique : Développer des projets off grid]

La deuxième table ronde de la journée portait sur le potentiel des projets de microgrids dans les pays de l’Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est). Cette zone de libre-échange est « un bloc à plusieurs vitesses », a rappelé en introduction Géraldine Mabille, responsable du bureau Myanmar et référente énergie dans la région pour Business France. Elle a attiré l’attention des participants sur deux marchés à fort potentiel, à savoir le Cambodge et le Myanmar, en raison de leur taux d’électrification très bas : respectivement 34% et 37%, loin derrière les 91% des Philippines ou les 99% de la Thaïlande. L’Indonésie présente également un profil intéressant en raison de sa géographie très morcelée (le pays est composé 17 508 îles) particulièrement favorable au développement de solutions de microgrids. Sur ce segment de marché, deux acteurs français de poids, EDF et Engie, sont déjà implantés dans la région.

L’Asean c’est :
• 650 millions de consommateurs
• Une croissance économique annuelle de 5% depuis 30 ans
• Une croissance de la consommation énergétique de 4,7%/an jusqu’en 2035, selon l’Irena
• Un groupe de 10 pays : Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Brunei, Vietnam, Laos, Birmanie (actuel Myanmar) et le Cambodge.

Des projets encore compliqués à financer

Si le potentiel est indéniable, les porteurs de projets de microgrids se heurtent encore à des problématiques de ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.