La valeur future de l’hydroélectricité française incite Fortum à la patience

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : EDF)

« Patience, mère de toutes les vertus ». Les énergéticiens européens doivent apprécier cet adage, car ils attendent depuis des années l’ouverture des concessions de production hydroélectrique françaises. « Nous sommes arrivés en France en 2011 dans ce but et ne sommes jamais partis depuis. On sent aujourd’hui que les choses bougent », estime Benjamin Thibault, nouveau directeur France de l’énergéticien finlandais Fortum.

Lignes rouges

Comme ses homologues nordiques Vattenfall ou Statkraft, également prétendants aux barrages tricolores, Fortum est historiquement puissant dans l’hydroélectricité. Laquelle représente 28% de ses 73,2 TWh de production électrique totale en 2017. Bonne nouvelle pour le finlandais, comme pour tous les supporters de la libéralisation y compris certaines collectivités ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.