A Paris, les taxis à l’hydrogène commencent à se voir

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Toyota-Hype, B._Bakalian)

La route est longue mais Hype compte aller au bout. Pionnier et encore seul opérateur de taxis à l’hydrogène à Paris – et même en Europe -, la compagnie entame une nouvelle levée de fonds. Un constructeur automobile pourrait rejoindre les actionnaires actuels, en l’occurrence Air Liquide via son fonds Aliad et la Caisse des dépôts, arrivée l’année dernière. Les nouveaux besoins sont consécutifs à l’augmentation de la flotte en circulation et à la volonté d’intervenir dans les infrastructures. De 15 véhicules il y a 18 mois, Hype est passée à plus de 80 aujourd’hui et les carrosseries bleu ciel (Toyota Mirai et Hyundai iX 35) deviennent plus visibles parmi les 17 924 taxis parisiens. Un appel d’offres est en cours auprès des constructeurs automobiles spécialisés, pour 100 véhicules supplémentaires.

Compétitif en 2020 ? 

Surtout et comme l’affirme Mathieu Gardies, fondateur de la STEP, société propriétaire de la marque Hype, le modèle économique du taxi hydrogène ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.