Syngaz : Europlasma bientôt doté de nouveaux moyens et actionnaires

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Europlasma)

En parallèle d’un accord spectaculaire qu’il vient de signer avec Orano (ex-Areva) sur le retraitement des déchets nucléaires, le groupe Europlasma annonce discuter avec un futur actionnaire de référence, qui ne devrait pas être Orano. Dans un premier temps, une levée de fonds est en vue, sur 10 à 20% du capital, à réaliser avant l’assemblée générale du 27 septembre : « des négociations avancées sont en cours avec des investisseurs financiers, regroupés dans un pool ou dans une société », précise Jean-Eric Petit, président d’Europlasma. Il ajoute que si les nouveaux moyens financiers serviront à financer le développement, l’arrivée d’un actionnaire à 34% vise avant tout à ...

sécuriser le capital de sa société, désormais partenaire d’un acteur majeur du nucléaire français. Pour le moment, le capital d’Europlasma est en Bourse, sur Euronext, et flottant à 94,9% (0,116 €, + 5,56% à 15 h aujourd’hui).

Projets dans les ZNI

Rappelons qu’Europlasma est spécialiste de la torche à plasma (gaz ionisé par arc électrique, plusieurs milliers de degrés) qu’il utilise pour traiter les fumées, l’amiante mais aussi pour gazéifier des déchets et produire ainsi de l’énergie. La filiale dédiée à l’énergie, CHO Power, a mis des années à stabiliser sa technologie mais semble désormais bien partie. Une centrale de grande taille est au programme, baptisée CHO Tiper, de 11 MW. Elle pourrait entrer en service en 2020 à Thouars (Deux-Sèvres). Europlasma a bien avancé sur le financement, la Banque européenne d’investissement apportant 30 M€, l’Ademe 12 M€ et la région 2 M

Mais d’autres projets énergétiques sont envisagés, au Canada et dans les zones interconnectées (ZNI), en particulier à La Réunion mais aussi dans d’autres îles. A plus long terme, Europlasma souhaite produire de l’hydrogène vert en grande quantité, par séparation du syngaz.