Rénovation énergétique : « Faire », un début de service public ?

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Energies Posit’if)

Le Plan national de rénovation énergétique présenté en avril dernier trouve sa première manifestation tangible. Ce sera une campagne de communication organisée par l’Ademe. Comme promis lors de la présentation initiale du plan par les deux ministères concernés (Transition écologique et solidaire, Cohésion des territoires), une « signature » commune est créée pour aider le grand public à trouver les bons interlocuteurs. Ce sera le verbe « Faire », transformé pour l’occasion en acronyme de Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique. Il sert de mot d’ordre à une campagne publicitaire (TV, papier et numérique) qui commence aujourd’hui 10 septembre et va durer plusieurs semaines, pour laquelle quelque 2 M€ d’achat d’espace ont été mobilisés.

Au delà de la bannière commune

Mais la démarche « Faire » doit durer plus longtemps, en l’occurrence s’étaler sur trois ans et s’inscrire en profondeur. Elle représente en théorie une sorte d’embryon du futur Service public de la performance énergétique de l’habitat (SPPEH), prévu par la loi de 2015 relative à la Transition énergétique mais toujours aussi flou et sans financement clair. En guise d’amorce de ce service public, « Faire » doit ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.