Sabella avance ses projets dans des courants contraires

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
© Sabella

Malgré un contexte compliqué pour l’hydrolien, le pionnier Sabella garde le cap sur ses projets français et internationaux. La PME bretonne, présente sur ICOE à Cherbourg, va remettre à l’eau en septembre prochain sa machine D10, optimisée, près de l’île d’Ouessant où elle avait déjà testé son prototype. Aux Philippines, c’est un investisseur un peu particulier, le brasseur San Miguel, qui devrait entrer au capital du projet mené sur l’île de Capul. Sur le volet financier, l’entreprise prévoit une nouvelle levée de fonds en 2019.

Projet multi-énergies à Ouessant

L’actualité de Sabella, c’est d’abord l’immersion en septembre prochain de la version optimisée de l’hydrolienne D10 sur le passage du Fromveur, près de l’île d’Ouessant (Finistère) par 55 mètres de profondeur. Une opération facilitée par des fondations déjà en place, n’ayant pas été enlevées lors de l’opération de relevage en 2017. Interrogé sur les différents problèmes techniques que rencontrent les prototypes d’hydrolienne dans le monde, notamment de corrosion, Jean-François Daviau, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.