REN21 : la transition énergétique se limite à l’électricité

Print Friendly, PDF & Email
Toitures PV (Crédit : Langa)

En 2017, les investissements dans de nouvelles capacités de production d’électricité renouvelable ont représenté plus du double de ceux basés sur les énergies fossiles et le nucléaire combinés. Si les EnR sont en passe de gagner la bataille de la compétitivité dans le secteur de l’électricité, du chemin reste encore à parcourir dans les transports et la production de chaleur et de froid. Tel est le principal message du dernier rapport annuel du REN21 sur la situation mondiale des énergies renouvelables en 2018.

+ 178 GW EnR en 2017

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pas moins de 178 GW d’énergies renouvelables ont été installés dans le monde en 2017- un peu plus que le chiffre du rapport de l’Irena sorti en avril – soit 70% du total des nouvelles capacités. Le solaire photovoltaïque a augmenté de [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’guest_error=’Please_Subscribe’]29% pour atteindre les 98 GW installés, suivi de l’éolien, 52 GW. En termes financiers, les énergies renouvelables ont représenté des investissements s’élevant à 280 Mds$ en 2017, en légère hausse par rapport à l’année précédente, mais en baisse par rapport à 2015. Ces investissements sont très localisés dans 3 régions porteuses : l’Europe, la Chine et les Etats-Unis, qui cumulent 75% du total.

Ces bons chiffres ont été portés par la demande mondiale d’énergie, en hausse d’environ 2,1% en 2017 en raison de la croissance dans les économies émergentes ainsi que de la croissance démographique au niveau mondial. Or, le déploiement des énergies renouvelables n’est pas assez rapide pour couvrir l’augmentation de la demande d’énergie. Cela se traduit logiquement sur les émissions de CO2, en hausse de 1,4%. Une preuve supplémentaire que le « verdissement » du mix électrique n’est qu’une petite part de la transition énergétique. « Les secteurs de la chaleur, du froid et des transports continuent d’accuser un retard considérable par rapport au secteur de l’électricité. Ils représentent pourtant environ les 4/5e de la demande finale mondiale d’énergie », rappelle REN21.

Chaleur verte reste de marbre

Le rapport constate peu de changement dans l’intégration des EnR dans le secteur de la chaleur et du froid. Elles n’ont fourni que 10% de la production mondiale totale de chaleur en 2015, les derniers chiffres disponibles. C’est surtout en termes de volonté politique que le bât blesse. Alors que 146 pays du monde se sont engagés sur des objectifs EnR dans l’électricité, ils ne sont que 48 à en avoir fait autant dans le domaine de la chaleur et du froid. REN21 incite les pouvoirs publics à adopter « des cadres politiques appropriés, pour stimuler l’innovation et le développement de nouvelles technologies ».

(c) REN21

Dans les transports, l’électrification des modèles automobiles rend plus optimistes les auteurs du rapport qui notent qu’en plus du 1,2 million de voitures électriques vendues en 2017, il faut ajouter quelque 30 millions de deux et trois roues qui s’ajoutent annuellement au parc auto mondial. Pour autant, l’électricité, dont environ un quart est renouvelable, répond à 1,3% des besoins énergétiques des transports, et les biocarburants à 2,9 %. Dans l’ensemble, 92% de la demande d’énergie pour les transports continue d’être satisfaite par le pétrole, et seuls 42 pays ont des objectifs nationaux pour l’utilisation des énergies renouvelables dans les transports.[/restrict-content]

Article précédentL’agenda du green business
Article suivantLe Nevada prévoit 1 GW solaire de plus d’ici 2021, soutenu par 100 MW de batteries