Reden Solar se refinance et participe à un méga-projet solaire dans les Landes

Print Friendly, PDF & Email
(c) Reden Solar

Reden Solar (ex-Fonroche) a refinancé la majorité de ses actifs français grâce à une opération dont le montant total atteint 270 M€. Elle prend la forme d’un financement sans recours d’une durée de 17 ans monté par la Société générale et le groupe Crédit agricole avec la contribution de Bpifrance. Elle restructure 92 emprunts historiques contractés auprès de 17 banques et concernant 150 centrales photovoltaïques en service. Le développeur-exploitant photovoltaïque, propriété depuis 2017 des fonds Infravia et Eurazeo, précise à GreenUnivers ses ambitions, avec notamment un méga-projet dans le sud de la France.

Un parc de 1 200 MW dans les Landes

Reden Solar a en effet remporté une partie d’un énorme projet photovoltaïque lancé par ...

la Communauté de communes des Coteaux et Landes de Gascogne. Après avoir regroupé plusieurs terrains, cette dernière a lancé un appel à manifestations d’intérêt pour la construction d’un parc PV qui cumulera à terme 1 200 MW sur les 1 800 hectares réservés à cet effet. Cinq développeurs-exploitants ont été sélectionnés, dont Reden Solar qui aura la charge de construire entre 200 et 250 MW d’ici 2023. L’électricité produite sera revendue au travers d’un contrat d’agrégation, probablement via la CNR avec qui Reden Solar a signé un accord-cadre en février dernier, mais cet accord n’étant pas exclusif, la compagnie précise qu’un autre agrégateur peut théoriquement remporter ce contrat.

Croissance tous azimuts

Reden Solar se veut très ambitieux. La société compte un pipe de 120 MW à déployer dans l’année qui s’ajouteront aux 150 MW installés et en exploitation, en France et à l’international.

Le développeur est implanté historiquement à Porto Rico, où il compte deux centrales de 20 MW, qui ont dû être reconstruites (l’une est toujours en travaux) suite au passage l’année dernière de l’ouragan Maria, et se développe rapidement en Europe et notamment en France. Il a brillé lors des premiers appels d’offres de la CRE (58 MW gagnés en cumulé) et compte poursuivre ainsi jusqu’en 2019 : « Notre objectif est de répondre à tous les appels d’offres de la CRE et de réaliser également des opérations de croissance externe. Nous étudions actuellement plusieurs dossiers dans l’Hexagone mais aussi au Portugal où nous venons d’acquérir 50 MW », indique Vincent Wattignier, directeur financier de Reden Solar. Les critères de sélection portent essentiellement sur leur performance et le coût d’acquisition, la compagnie estimant avoir atteint la taille critique pour absorber des actifs morcelés.

Le groupe est également présent en Amérique Latine (Chili, Colombie) et notamment au Mexique, un marché très porteur pour les EnR ces dernières années. Reden Solar vient d’y boucler la mise en service de sa première centrale (18,7 MW), entame la construction de sa 2ème  (37 MW), et prévoit déjà un 3ème projet qui se réalisera sous forme d’un power purchase agreement (PPA). A l’international toujours, l’entreprise a vendu ses parcs en Asie et en Europe de l’Est : « La cession des projets en Inde, Kazakhstan et Ukraine a été décidée avant l’autonomisation de Reden par rapport à Fonroche. Nous souhaitons désormais conserver l’ensemble de nos parcs photovoltaïques nouveaux ou anciens », précise Vincent Wattignier.