La filière hydrogène en effervescence [Dossier]

Print Friendly, PDF & Email

Chaque semaine, GreenUnivers réunit une sélection d’articles sur la thématique forte du moment. Après un premier dossier consacré au solaire, un deuxième à l’agrégation et un troisième à l’autoconsommation, la rédaction fait aujourd’hui le point sur l’hydrogène en parallèle de l’annonce d’un plan national par Nicolas Hulot.

Ça y est. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a présenté son plan hydrogène. Très attendue par la filière, cette feuille de route retient les principales mesures du rapport de la DGEC et du CEA, en donnant la priorité aux applications industrielles sans pour autant oublier la mobilité ou le stockage. Le ministre, qui s’est fixé un objectif de 10% d’hydrogène industriel à base d’électricité décarbonée en 2023, a annoncé une enveloppe de 100 M€ en 2019 pour alimenter des appels à projets – ou des subventions – dirigés vers l’innovation. Outre ce plan, la loi sur les hydrocarbures votée fin 2017 a fourni une première base légale pour que les collectivités locales s’équipent de stations de ravitaillement en hydrogène.

De son côté, l’Afhypac, l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible, estime que l’industrie devra investir de 5 à 10 Mds€ d’ici 2030. Les entreprises françaises n’ont pas attendu pour introduire l’hydrogène dans leurs objectifs. Les start-up de la filière ont notamment brillé lors de l’appel à projets Hydrogène en 2016. De même, les grands groupes sont sur les rangs, à l’image d’Engie, qui mise beaucoup sur l’hydrogène, en particulier dans la mobilité. Le marché français, actuellement estimé à 1 million de tonnes (Mt) par an, pourrait rapidement atteindre les 10 Mt, selon Pascal Mauberger, PDG de McPhy.

Les régions et départements français ont pris les devants en métropole mais aussi outre-mer à l’image de La Réunion, où un micro-réseau avec stockage par l’hydrogène est testé, et plus récemment en Guyane et en Martinique où des projets plus ambitieux se préparent. En métropole, plusieurs municipalités ont déjà lancé des projets de bus à hydrogène. C’est aussi le cas en Europe, qui a lancé la deuxième phase du projet Jive, voué à encourager les fabricants de bus à construire des véhicules à H2. Des trains à hydrogène devraient également commencer à rouler en Allemagne dès cet été.

Retrouvez notre sélection d’articles sur l’hydrogène :