EnBW entre sur le marché éolien français

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : EnBW)

L’électricien allemand EnBW se lance en France sur le marché de l’éolien. Pour cela, il constitue une nouvelle société, EnBW Energies Renouvelables SAS, dirigée par Philippe Vignal, ancien directeur général de WPD. Le groupe indique vouloir développer des parcs éoliens terrestres, en totalité ou en nouant des partenariats.

Croissance externe

EnBW vise un parc éolien en exploitation de 200 MW dans l’Hexagone d’ici 2020. A moyen terme, le groupe allemand ne cache pas ses ambitions : « Nous n’allons pas attendre 5 ou 7 ans que nos projets se concrétisent. Notre croissance passera aussi par des acquisitions ciblées », indique le nouveau DG d’EnBW en France, qui évoque également son intérêt pour le repowering. Après un bref passage dans l’industrie automobile, Philippe Vignal a exercé au début des années 2000 en tant qu’avocat au sein du cabinet BmH, en charge de projets dans le domaine des énergies renouvelables. Puis il a cofondé la société Ecovest ...

, spécialisée dans la conception de parcs éoliens, rachetée en 2003 par le groupe allemand Enersys, lui-même absorbé par WPD en 2006. Au total, il a mené le développement, le financement, la construction et l’exploitation de 25 parcs éoliens en France, indique EnBW.

5 Mds€ d’investissements

Directement impacté par la fermeture de centrales nucléaires outre-Rhin, EnBW a initié dès 2012 un virage vers les EnR. Le groupe compte aujourd’hui 7 GW d’EnR installés (éolien, solaire, hydraulique, biomasse) et un pipe pour le seul éolien offshore de 336 MW en exploitation, 609 MW en construction et 900 MW en planification. L’entreprise a tenté des acquisitions en Allemagne mais s’est parfois heurtés à la résistance de sociétés de projets locales qui refusent de s’adosser à de grands acteurs. Pour autant, EnBW a largement surpassé son objectif de 1 750 MW éoliens qu’il s’était fixé en 2012. Il prévoit aujourd’hui d’investir plus de 5 Mds€ dans le développement des énergies renouvelables.

Au-delà de l’Allemagne, son marché principal, le groupe mise beaucoup sur Taiwan et les Etats-Unis dans l’offshore et la France, la Turquie et la Suède dans l’éolien terrestre.