Section 201 : Séoul porte plainte à l’OMC, l’US trade commission se fait attendre

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : SunPower)

Le ministère coréen du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie a porté plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) contre les barrières douanières imposées par les Etats-Unis sur les panneaux solaires (et les machines à laver). De son côté, l’US Trade Commission, qui devait rendre ses avis début mai sur d’éventuelles exemptions, n’a toujours pas pris de décision.

Dialogue infructueux

Le ministre coréen du Commerce, Kim Hyun-chong, a jugé « excessives » les taxes imposées par les Etats-Unis aux panneaux solaires venus de l’étranger. Pour rappel, elles atteignent les 30% cette année et seront dégressives pour s’élever à 15% en 2022. La Corée du sud avait entamé dès février [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’guest_error=’Please_Subscribe’]un dialogue avec l’administration Trump pour tenter de trouver un accord à l’amiable, mais à l’instar de l’Union européenne en avril dernier, Séoul n’a rien obtenu de Washington. Une mauvaise nouvelle pour les fabricants coréens comme LG Solar ou Hanwha Q-Cells, directement impactés par les barrières douanières. En représailles, la Corée du sud a décidé de relever ses propres taxes à l’entrée d’une série de produits made in USA, représentant un surcoût évalué à 480 millions de dollars (404 M€).

Les développeurs aussi veulent des exemptions

De son côté, l’US Trade Commission poursuit l’étude des demandes d’exemptions et pour l’instant, rien ne fuite. Mais les compagnies spécialisées dans le photovoltaïque ne semblent guère optimistes et ont déjà modifié leur stratégie d’implantation des sites de production à l’image de SunPower, détenue par Total, qui a récemment racheté l’usine de SolarWorld aux Etats-Unis, mais aussi First Solar qui a annoncé en avril la construction d’une usine de 1,2 GW ou encore Jinkosolar qui a confirmé un investissement de 50 M$ au pays de l’oncle Sam.

Les fabricants ne sont pas les seuls à avoir déposé un dossier auprès de la Trade Commission. Les développeurs de grands parcs photovoltaïques, dont les business models sont sensibles au prix des modules, ont fait des demandes d’exemptions, à l’image d’EDF Renewable Energy, NRG Renewables, E.ON North America, Tradewind Energy, Southern Current, Swinerton Renewable Energy ou encore sPower, rapporte GTM Research. Cypress Creek Renewables, 5ème développeur solaire aux Etats-Unis et lui aussi dépositaire d’un dossier à la Trade Commission, a calculé que les barrières douanières allaient lui coûter la bagatelle de 1,5 milliard de dollars. Le groupe américain a décidé de geler l’équivalent de 1,5 GW de projets solaires soit 20% de son pipe, en raison des surcoûts engendrés par les taxes à l’importation.[/restrict-content]