Gaz vert : pourquoi on n’a pas fini d’entendre parler de la « pyro »

Print Friendly, PDF & Email
La centrale GoBiGas (Gothenburg Biomass Gasification) de Göteborg, en Suède (Crédit : Gobigas).

Il est absent des réseaux de gaz pour l’instant, mais cela devrait changer. Le gaz de synthèse issu de la pyrogazéification – le chauffage de résidus de bois et de déchets hors oxygène pour produire du gaz – est attendu au rendez-vous en 2030, où il doit contribuer au mix de gaz renouvelable consommé en France. Selon le Syndicat des énergies renouvelables et les gestionnaires de réseaux gaziers, le gaz issu de la « pyro » et du power to gas, pourrait fournir autour de 10 TWh de biométhane dans 10 ans, sur un volume total de 60 TWh de gaz vert épuré. « Avec l’accompagnement des pouvoirs publics, les premiers projets d’envergure commerciale pourront être lancés dès 2021- 2022 », prévoit Annabelle Brousse-Cleret, directrice de projet gazéification de GRTgaz. Elle rappelle ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.