Eolien en mer : l’Ecosse prépare de nouvelles concessions

Print Friendly, PDF & Email
Crédit Orsted (ex Dong Energy)

Le Crown Estate Scotland, l’organisme public en charge de la gestion des territoires terrestres et maritimes de la Couronne, a lancé un processus visant à choisir de nouvelles zones de développement pour l’éolien en mer. Un document détaillé a été rendu public pour les développeurs intéressés.

3 000 km2

Les zones actuellement à l’étude par la Marine écossaise devraient cumuler [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’guest_error=’Please_Subscribe’]quelque 3 000 km2 à partager entre les différents projets lauréats. Elles seront présentées aux candidats potentiels pour qu’ils puissent formuler une offre d’ici début 2019 au plus tard. Si le processus de sélection est relativement cadré, les technologies pourront elles se concurrencer librement que ce soit sur la turbine ou les fondations (posé/flottant). La connexion au réseau sera à la charge de National grid, le gestionnaire de réseau britannique, mais le Crown Estate précise que les coûts de ces liaisons devront être évalués et pèseront dans la balance lors du choix des lauréats.

Le petit Royaume d’Ecosse est en pointe sur les énergies marines renouvelables. Le pays compte déjà deux parcs en fonctionnement : Robin Rigg (180 MW) opéré par E.ON, et Hywind, qui a été la première éolienne flottante en fonctionnement et qui comprend également un volet stockage. Au total, le pays a donné le feu vert à plusieurs parcs éoliens offshore cumulant une capacité de 2,3 GW, dont Neart na Gaoithe1 (450 MW), qu’EDF Renewables a racheté au début du mois de mai. Il doit être mis en service en 2023.

  • Retrouvez ci-dessous le dossier comprenant les principales instructions du Crown Estate (ou ici en PDF) :

[/restrict-content]