Boralex acquiert Kallista Energy Investment

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Boralex)

Article modifié le 23 mai 2019 –

Le groupe canadien spécialiste de l’éolien – 85% de son activité – acquiert Kallista Energy Investment SAS auprès de la puissante société d’investissement Ardian, l’un des premiers acteurs du private equity français avec 54 Mds€ sous gestion ou conseillés. La transaction porte sur l’intégralité du portefeuille, soit 163 MW d’actifs éoliens plus un pipe de projets à construire d’environ 170 MW. Le montant de la transaction s’élève à 129,4 M€, Boralex prenant également en charge la dette pesant sur les projets, de 94 M€.

Avec une capacité installée qui passe  ...

de 609 MW à 772 MW, le canadien renforce ainsi significativement ses positions dans l’éolien hexagonal, où il déjà acheté d’importants actifs ces dernières années. L’équipe de développement de Kallista Energy Investment, soit 27 personnes, va rejoindre celle de Boralex. Elle a notamment acquis une expérience dans le repowering, une compétence qui va devenir clé dans les années qui viennent.

Partage de la valeur

« Cette transaction permettra de consolider notre position de premier producteur indépendant d’énergie éolienne terrestre en France et de tirer pleinement avantage de notre modèle unique et intégré de développeur, maître d’œuvre et opérateur de nos projets », déclare Patrick Lemaire, président de Boralex, dans un communiqué. Son groupe annonce un pipe de projets de 1 GW en Europe désormais. Sa puissance installée globale augmente de 11%, pour atteindre 1,61 GW.

Kallista Energy Investment SAS (ex Enersis) avait été acquise par Ardian en 2011 auprès de la société d’investissement australienne Babcock & BrownA noter que ses salariés se verront reverser une partie de la valeur créée durant la période de détention, chaque collaborateur de l’entreprise touchant une prime d’un mois de salaire au moins. 

Le fonds infrastructure d’Ardian détient un portefeuille EnR de 1,4 GW installé, constitué depuis 2006 via des investissements en France, Italie, Espagne, Suède, Norvège, mais aussi sur le continent américain dans l’éolien, le solaire, l’hydroélectricité et la biomasse.

Après la cession de ce portefeuille, la société Kallista Energy poursuivra ses activités dans l’éolien.