Ideol lève 15 M€ et signe un MoU pour un parc industriel au Japon

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Ideol)

Ideol a profité de la 5e édition de la conférence FOWT (Floating offshore wind turbine), qui se tient actuellement à Marseille, pour annoncer une levée de fonds de 15 millions d’euros auprès de Kerogen Capital, et de trois actionnaires historiques. Ces fonds seront dédiés au développement des projets internationaux de la compagnie qui a également signé[am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’] un Memorandum of Understanding (MoU) avec Acacia Renewables, détenu par Macquarie Capital, pour la construction d’un parc éolien flottant de taille industrielle au Japon.

5ème tour de table

Avec cette nouvelle levée de fonds, la cinquième, Ideol fait entrer un nouvel acteur, Kerogen Capital, 2 Mds d’actifs sous gestion, jusque-là spécialisé dans l’oil&gas. C’est son premier investissement dans les énergies renouvelables. Même si la société basée à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) ne communique pas de chiffre, elle indique que cette levée de fonds « fait la part belle à Kerogen », le solde étant apporté par trois actionnaires historiques : Amundi Private Equity, Sofimac Regions et Paca Investment. Pour rappel, les autres actionnaires sont : Hitachi Zosen, Siem Offshore Contractors, Tertium, Conseil Plus Gestion, Demeter et FIP Entrepreneurs Capital 3.

Développement international

Cette levée de fonds doit apporter les ressources nécessaires au développement des projets internationaux d’Ideol, notamment au Japon où l’entreprise finalise son démonstrateur de 3 MW. Leur mise en service est prévue pour août/septembre.

Par ailleurs, Ideol a annoncé aujourd’hui la signature le mois dernier d’un MoU avec Acacia Renewables, détenu par Macquarie Capital, en vue de construire le premier parc éolien flottant à grande échelle du pays. Beaucoup de mystère entoure ce projet dont Ideol ne veut préciser ni le lieu ni la capacité : « C’est un marché très concurrentiel et l’identification des zones marines représente une vraie valeur que nous ne souhaitons pas partager avec nos concurrents », explique un porte-parole.

Outre le Japon, Ideol est présent au Royaume-Uni. La société, qui emploie 65 personnes, a signé en janvier 2017 un accord avec l’australien Atlantis Resources pour la construction de 100 MW dans un d’ici 2021, avec l’ambition dans un deuxième temps de développer pas moins de 1,5 GW. Deux mois plus tard, elle annonçait avoir conclu un partenariat avec Gaelectric pour un parc de 30 MW en mer d’Irlande, également prévu pour 2021.

A noter qu’en France, son démonstrateur de 2 MW, Floatgen, inauguré en fin d’année dernière, devrait larguer les amarres d’ici fin mai-début juin. [/restrict-content]