Groupe de travail solaire : les sujets au programme

Print Friendly, PDF & Email
(centrale de Cestas, de Neoen)

Annoncé en décembre dernier par le gouvernement, puis prévu pour succéder à celui consacré à la méthanisation, le groupe de travail solaire sera finalement lancé le 18 avril prochain. Il devrait se clore en juin et pourrait donner lieu à une conférence sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire. Ce qui permettrait, entre autres, de mettre en avant les nouvelles et grandes ambitions d’EDF EN en la matière.

Autoconsommation et petites centrales

Le gouvernement est plutôt en confiance avec cette filière. L’acceptabilité y est moins problématique que dans l’éolien, le financement plus fluide que dans le biogaz. Par ailleurs, les appels d’offres pour les centrales au sol ayant déjà bénéficié d’un sérieux coup de pouce sur les volumes (de 500 MW à 750 MW par session), les attentes de la filière ne sont pas si nombreuses. Elles n’en sont pas moins fortes sur plusieurs points. Le premier consiste à  ...

supprimer les appels d’offres pour les petites puissances installées (entre 100 kW et 1 MW) et donc à revenir au guichet unique, ce qui est autorisé par les textes européens. Un compromis pourrait ici être trouvé autour de 500 kW. Le syndicat Enerplan et la FNSEA vont formuler une proposition commune en la matière, pour accélérer les installations au sol et sur toitures dans les exploitations agricoles.

Deuxième gros sujet, l’autoconsommation et notamment le régime collectif, tant sur la tarification de l’utilisation du réseau que sur la fiscalité. Dans les semaines qui viennent, les propositions de la Commission de régulation de l’énergie devraient être fortement contestées par les représentants des professionnels de l’autoconsommation. Comme l’indiquait déjà en janvier dernier Xavier Daval, président de SER-Soler et fondateur de kiloWattsol, ce sera l’une des grandes thématiques du groupe de travail. Le SER compte aussi faire des propositions pour simplifier les procédures de manière à tenir les objectifs de la PPE et pour relancer la fabrication de panneaux photovoltaïques en France.