Eolien flottant : 1er pas en Californie, après la douche froide de la Navy

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Statoil)

L’éolien offshore flottant commence à avancer sur la côte Ouest des Etats-Unis. Le consortium emmené par Principle Power et EDPR  vient d’être sélectionné pour étudier un premier projet entre 100 et 150 MW. Il a été choisi parmi six compétiteurs. Le projet est situé à 20 miles au large d’Eureka, dans l’exceptionnelle baie de Humboldt, tout au nord de la Californie. Le choix a été fait par le syndicat de communes riveraines en charge des EnR, la Redwood Coast Energy AuthorityLa baie se caractérise par un vent plus qu’abondant mais aussi des fonds plongeants.

L’effet déclencheur de Hywind

Une série de facteurs incitent ...

le comté de Humboldt, longtemps tout à fait indifférent à l’éolien flottant, à le regarder avec intérêt. En tout premier lieu, le précédent créé par Hywind près d’Aberdeen en Ecosse (Statoil et Masdar) sur pas moins de 30 MW, entrés en service à l’automne dernier. Mais aussi les objectifs énergétiques de la Californie depuis 2015 (50% d’EnR dans le mix énergétique en 2030), qui se heurtent, entre autres, aux exigences de l’armée.

En août dernier, la Navy a averti qu’elle mettrait son veto aux projets gênants pour ses entraînements et tests. En pratique, toute la côte entre Los Angeles et Big Sur (au sud de San Francisco) semble gelée. Ce qui laisse disponible le Nord de l’état, dont la baie de Humboldt justement et provoque une ruée des développeurs vers les communes riveraines, surtout les plus importantes. Les promesses de revitalisation économique ont fait le reste pour inciter la Redwood Coast Energy Authority à explorer tout de suite le potentiel de sa région. Il reste en revanche tout à développer et de nombreuses questions à régler. En particulier l’impact sur la biodiversité, les oiseaux pélagiques mais aussi les cétacés, possiblement désorientés par les vibrations et le bruits des pales.

Selon l’étude menée en 2016 par le National Renewable Energy Laboratory (NREL) sur le potentiel offshore californien, évalué à 100 GW, la côte se caractérise par une forte ressource vent, surtout au Nord ; mais 95% du gisement techniquement exploitable sont situés dans des profondeurs supérieures à 60 mètres. L’étude propose plusieurs scénarios de développement entre 2020 et 2050 pour cette industrie.