Eni passe le million de clients en France et mise sur le biogaz

Print Friendly, PDF & Email

Eni France a annoncé cette semaine avoir passé le cap du million de clients, un an après son entrée officielle sur le marché hexagonal du gaz et de l’électricité. Bien qu’elle propose des offres vertes, la filiale du pétrolier italien s’attache surtout à se faire une place sur un marché qui s’ouvre peu à peu aux nouveaux acteurs. Pour autant, Eni pourrait être actif dans le secteur du biogaz dans lequel il compte investir d’ici peu.

Moins de 10% d’offres vertes

Sur le million de clients ayant choisi Eni France, seuls [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]5% d’entre eux ont opté pour son offre d’électricité renouvelable, et entre 5 à 10% pour le biogaz. Une part très faible qui s’explique par un prix plus élevé (même s’il est inférieur aux tarifs réglementés) que les autres offres « classiques » proposées par le groupe. Les particuliers représentent 80% des souscripteurs.

Pour assurer la nature renouvelable de l’électricité, Eni a recours à des garanties d’origine européennes majoritairement issues des centrales hydrauliques des pays nordiques. Un recours au marché qui a un coût et que la compagnie aimerait réduire en faisant jouer les synergies avec sa maison-mère, qui a annoncé le mois dernier un doublement de ses objectifs en matière d’énergies renouvelables. Un groupe de travail va être créé en interne pour étudier la possibilité (notamment juridique) d’intégrer les futurs parcs photovoltaïques d’Eni dans les garanties d’origine de la filiale hexagonale. Pour le gaz, Eni a décidé de passer par le programme de compensation carbone des Nations-Unis.

La filiale française confirme son objectif de 15% de croissance par an, ce qui devrait l’amener à 1,3 million de clients à la fin de l’année et 2 millions d’ici 2021.

CEE et biogaz

Sur le volet biogaz, la compagnie montre un grand intérêt pour la filière : « Nous souhaitons investir aussi dans le biogaz, car la France affiche de véritables ambitions en la matière. Des annonces pourraient être faites en ce sens d’ici la fin de l’année », indique Benoit Ignace, directeur Marketing, business development et transformation digitale d’Eni.

Concernant les certificats d’économies d’énergie (CEE), Eni France a collaboré avec Effy pour sa plateforme en ligne. « Nous travaillons beaucoup sur les CEE, notre objectif étant de couvrir 100% de nos obligations sans avoir recours au marché. Nous sommes presque à l’équilibre », indique Benoit Ignace. L’entreprise a participé par ce biais en 2017 au financement de l’isolation de 3 000 combles et plus globalement de travaux de rénovation dans 52 000 logements sociaux. [/restrict-content]