Biométhane : les résultats 2017 inspirent de nouvelles ambitions et questions

Print Friendly, PDF & Email
La cuve de la nouvelle centrale de Senlis (OIse), pas moins de 200 Nm3 de capacité et la possibilité de monter à 400 (Crédit : J-P Pié)

L’objectif de 30% de biométhane dans la consommation de gaz en France en 2030, que les gestionnaires de réseaux gaziers et le Syndicat des énergies renouvelable (SER) ont décidé de promouvoir à la place de celui de 10% assigné par la loi, est-il vraiment accessible ? Le ministère de la Transition écologique et solidaire semble un peu sceptique, encore plus la Direction générale de l’énergie et du climat. Ce sera l’un des enjeux de la Programmation pluriannuelle de l’énergie pour 2028. Seule certitude, ses promoteurs font tout pour en démontrer la faisabilité.

Les objectifs 2023 à portée de main

Les résultats actuels du biométhane leur fournissent de bons arguments : 44 centrales de biométhane sont maintenant en service en France, contre 26 en 2016. La production a bondi de 89%. Mais ce volume de 406 GWh ne représente que 0,1% de la consommation totale…

Pourtant, les opérateurs de réseaux et le SER estiment être de plus en plus en ligne avec les objectifs officiels, en tout cas ceux qui sont prévus par la PPE pour 2023. La file d’attente est en effet passée à 361 projets, avec une capacité de production de 8 TWh, pile le niveau recherché pour 2023. « La vraie mesure de la dynamique en 2017...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.