Les ZNI deviennent un laboratoire de la transition énergétique

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Sunzil)

« Mises à part la Corse et Wallis et Futuna, tous les DOM français doivent viser 50% d’EnR dans le mix électrique en 2020 et l’autonomie énergétique dans douze ans », rappelle Virginie Schwarz. La directrice de l’énergie de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) intervenait ce matin lors d’une conférence organisée par la Commission de régulation de l’énergie consacrée aux îles de l’Union européenne.

Le mix électrique étant composé à 66% d’énergie fossile dans les zones non interconnectées (ZNI) françaises (et même 90% en Martinique et à Mayotte), autant dire que les marches à franchir sont plutôt hautes. D’autant plus que l’électricité n’est qu’un terme de l’équation, mineur d’ailleurs puisque les transports représentent les deux tiers de la consommation d’énergie des DOM.

PPE à calendrier très variable

Or, « nos Programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE) sont ambitieuses sur l’électricité, pas sur le reste », estime Virginie Schwarz, qui souhaite une accélération franche du déploiement des véhicules peu polluants et des transports en commun. La DGEC a commencé à travailler sur les nouvelles PPE à horizon 2028, pour la Corse et la Guadeloupe pour l’instant – le Syndicat des énergies renouvelables aussi, qui a proposé ses scénarios il y a un mois. Le décalage par rapport à la publication de la « PPE métropole », prévue pour fin 2018, devrait cette fois se compter en mois, pas en années, estime Virginie Schwarz, interrogée...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.