Financement participatif des EnR : « De nombreux projets risquent d’être exclus » [S. Savel]

Print Friendly, PDF & Email
Stéphanie Savel (Crédit : Wiseed)

Entretien avec Stéphanie Savel, présidente de l’association Financement Participatif France (FPF) et présidente de Wiseed –

Moins de trois ans après son adoubement par la loi de transition énergétique, le financement participatif des projets d’énergies renouvelables est-il déjà menacé ? En cause : les modifications successives des cahiers des charges des appels d’offres, avec in fine la version de décembre dernier dans le solaire qui opère un distingo substantiel entre financement et investissement participatifs, avec à la clé une forte baisse des bonifications pour le premier. Alors que les plateformes tirent la sonnette d’alarme et redoutent un coup d’arrêt brutal, GreenUnivers fait le point avec Stéphanie Savel.

GreenUnivers : A quelles difficultés sont aujourd’hui confrontées les plateformes ? 

Stéphanie Savel : Nous faisons face à plusieurs problèmes. D’abord l’exigence d’un niveau d’apport en fonds propres du financement participatif trop important, en particulier dans l’éolien où il peut atteindre 20% ou 40%. Dans le solaire, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.