Enercit’IF veut déployer 20 centrales solaires sur les toits parisiens d’ici 2020

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Halle Pajol)

Installer des panneaux solaires sur les toits parisiens : tel est l’objectif d’Enercit’IF, une association de 30 personnes créée en 2016. Elle vise à installer, financer et exploiter de petites et moyennes centrales photovoltaïques (principalement 100 kWc et 36 kWc) sur des bâtiments publics : collèges, centres sportifs, HLM etc. « Les arrondissements prioritaires sont les 13ème, 17ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements », énumère Jean-Luc Da Lage, militant de l’association. Enercit’IF devrait évoluer pour devenir une société de projet coopérative (une personne = une voix), avec des statuts déposés en juillet 2018.

La sensibilisation des habitants est l’une des grandes lignes d’Enercit’IF. « Une partie du projet est de faire de l’énergie sociale et solidaire pour sensibiliser à la maîtrise de l’énergie dans les quartiers populaires », explique Jean-Luc Da Lage. Patrick Gèze, président d’Enercit’IF, insiste : « Il s’agit surtout de diffuser aussi largement que possible le fait que la transition énergétique nous concerne tous et que nous avons tous à notre niveau la possibilité d’agir. » A l’automne 2018, Enercit’IF compte appeler ...

les Parisiens à investir dans la société de projet coopérative, à hauteur de 1 à 1,2 M€.

Difficultés administratives

Financée par le budget municipal participatif 2016 « Quartiers populaires à énergie positive », avec un montant de 2 M€, l’association rencontre des difficultés administratives dans le développement des projets. « Il faut l’accord des Architectes des Bâtiments de France, visiter les toitures…, décrit Jean-Luc Da Lage. Nous ne sommes pas en avance, mais nous sommes confiants. »

Une discussion avec la Ville de Paris a conduit les porteurs du projet à revoir leurs ambitions. « Le timing ne va pas pouvoir être tenu, mais Paris a toujours cette forte volonté pour que ces types de projets voient le jour », tempère Patrick Gèze. Enercit’IF prévoit un développement en trois vagues, avec pour objectif une vingtaine de centrales mises en place à l’horizon 2020. La phase pilote comprend 5 ou 6 toitures prévues début 2019 : « On a identifié avec les services de la ville et les bailleurs sociaux une douzaine d’implantations potentielles », déclare le président de l’association. En parallèle, les étapes de développement de la deuxième vague (une douzaine de toitures prévues) seront lancées à partir du deuxième semestre pour une concrétisation au deuxième semestre 2019.