Deux accords industriels franco-indiens sur les smart grids et l’électromobilité

Print Friendly, PDF & Email

Après le lancement officiel de l’Alliance solaire internationale, les engagements de grands bailleurs de fonds, la visite d’Etat en Inde s’est close sur la signature de deux accords industriels de coopération dans le domaine des smart grids et de la mobilité électrique.

Source : Connected Energy

Offre globale made in France

La filière française de l’électromobilité se met en ordre de bataille. Un protocole d’accord a été signé entre EDF International Networks (EDF IN), Solstyce, G2Mobility et Citelum India, filiale éclairage intelligent et services connectés du groupe EDF en Inde. Les quatre acteurs français se positionnent sur le marché indien des véhicules électriques et de leurs infrastructures, confortés par la décision de New Delhi d’interdire la vente de véhicules thermiques à l’horizon 2030.

Concrètement, les partenaires ...

souhaitent mettre en place une offre globale ambitieuse, clé en main, allant du dimensionnement de l’infrastructure de recharge et de son intégration au réseau électrique jusqu’à son exploitation. Les études de faisabilité seront réalisées par le bureau d’études Solstyce, l’impact de ces nouvelles infrastructures de recharge sur le réseau électrique sera analysé par EDF IN, tandis que G2mobility apportera ses solutions opérationnelles dans la recharge intelligente. Enfin, Citelum India prendra en charge l’installation, la supervision et l’exploitation du service de recharge. « Le déploiement de bornes de recharges pour VE est un marché naissant en Inde. Il n’existe pas, à ce jour, d’entité ou de consortium capable de proposer une offre complète adressant l’intégralité de la chaîne de valeur », indique Sylvain Martino, directeur de Citelum India.

Mais cela pourrait vite changer. D’autres acteurs, notamment allemands, sont sur les rangs. « Notre force, c’est notre retour d’expérience car les Indiens sont pragmatiques et veulent aller vite. La France a été en pointe. Nous avons fait des erreurs et les avons corrigées. L’Inde ne veut pas passer par ces phases là, mais au contraire bénéficier d’une solution clé en main qui marche », explique à GreenUnivers Pierre Glasquin, PDG de G2Mobility. La compagnie française cherche actuellement un partenaire local et espère, à travers le consortium, mettre sur pied un projet opérationnel en Inde d’ici 6 mois à un an.

Enedis et Tata

Le deuxième accord a été signé entre Enedis et Tata Power Delhi Distribution Limited (TP-DDL), en charge de la distribution d’électricité au nord et nord-ouest de New Delhi (1,6 million de clients). D’une durée de 3 ans, il prévoit une coopération en matière d’innovation et de Recherche et Développement (R&D) dans les domaines clés des smart grids, à savoir les solutions d’architecture globale, l’intégration de stockage et d’EnR au réseau de distribution, l’automatisation et l’utilisation d’applications IOT (internet des objets), entre autres. Le principal gestionnaire français de réseau de distribution électrique travaille sur de nouvelles solutions pour optimiser la recharge des véhicules électriques tout en intégrant une part grandissante d’EnR sur son réseau.

En parallèle, un autre partenariat a été décidé entre l’association Think Smartgrids, dont Philippe Monloubou (Enedis) est président, et l’Indian Smart Grid Forum. Il vise à développer la coopération avec la filière indienne principalement dans la région de Bangalore dans un premier temps, autour de l’intégration massive des EnR, le développement des véhicules électriques, la formation et les échanges de cadres.