Crowdfunding : Raizers se place sur le financement des EnR

Print Friendly, PDF & Email

La plateforme de financement participatif Raizers a décidé de se lancer dans les projets d’énergies renouvelables. Une équipe dédiée a été constituée (2 personnes sur un effectif de 12) et une dizaine de projets sont en cours de montage. Elle privilégiera [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’guest_error=’Please_Subscribe’]les projets photovoltaïques mais les autres EnR telles que l’éolien ou l’hydraulique seront également concernées.

Un bon rapport rendement/risque

Lancée depuis 2014, Raizers a commencé à financer des start-up innovantes, puis des projets immobiliers. « Nous nous sommes lancés sur les énergies renouvelables en 2017 à la demande de notre communauté d’investisseurs qui souhaitait diversifier son portefeuille. Nous y avons répondu favorablement d’autant plus que les EnR offrent un rapport risque/rendement très intéressant », indique Grégoire Linder, directeur et co-fondateur de la plateforme en ligne. Les tarifs d’achat offrent en effet une sécurité juridique appréciée des investisseurs. Ces derniers pourront financer des projets photovoltaïques, éoliens et hydrauliques à hauteur de 200 000 à 400 000 euros, ce qui représentera entre 5 à 20% du coût total desdits projets. Une dizaine sont déjà en cours de traitement, et les premiers seront annoncés d’ici fin avril.

Financement par obligations

Le financement se fera sous forme d’obligations d’une durée comprise entre 4 et 6 ans avec un rendement oscillant entre 4 et 8% en fonction des projets et des entreprises qui les portent. Raizers ne ferme pas la porte à des entrées au capital mais souligne que cela n’est guère intéressant car pour les EnR, cela n’apporte pas d’avantage fiscal à ses investisseurs, contrairement aux start-up. Seule exception : si les projets d’énergies renouvelables comportent une part d’innovation : « dans ce cas, une entrée au capital est envisageable ». Mais cela n’interviendra que dans un second temps, la plateforme préférant miser sur des projets utilisant des technologies déjà éprouvées. La plateforme financera des centrales en France, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg, où elle dispose déjà des autorisations administratives.

La plus-value du bonus

Le profil des développeurs ira de groupes bien établis dans le secteur depuis une dizaine d’années à de plus petits développeurs ayant déjà un certain savoir-faire (1 ou 2 projets déjà réalisés). La plateforme ne s’intéressera aux nouveaux entrants que dans une deuxième phase. « Nous cherchons à accompagner les développeurs et à être un substitut aux importants fonds propres dont ils ont besoin pour leur financement bancaire », indique Grégoire Linder. Dans tous les cas, le nouveau cahier des charges sur le financement participatif joue en faveur de Raizers : « Le bonus de 3€/MWh fait clairement partie des plus-values que nous pouvons offrir aux développeurs grâce à notre réseau de 30 000 investisseurs répartis dans toute la France, notamment dans la moitié sud du pays et en Ile-de-France. Aller chercher les particuliers en régions est le cœur de notre métier », précise-t-il. [/restrict-content]