Bruxelles veut orienter la finance vers la transition énergétique

Print Friendly, PDF & Email
Crédit : Union européenne

La Commission européenne cherche des fonds pour soutenir la transition énergétique et climatique. Et elle a décidé pour cela de mobiliser le secteur financier. « Environ 180 Mds€ d’investissements supplémentaires par an seront nécessaires pour que l’Union Européenne puisse atteindre les objectifs pour 2030 fixés lors du sommet de Paris, comprenant une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre », chiffre-t-elle ce 8 mars en présentant sa nouvelle stratégie pour « amener le système financier à soutenir les actions de l’UE en matière de climat et de développement durable ». Un sujet où beaucoup reste à faire.

Des labels européens pour la finance verte

L’exécutif européen a présenté aujourd’hui un plan d’action. D’abord, établir une classification pour « définir ce qui est durable » et « identifier les domaines dans lesquels les investissements durables peuvent avoir la plus forte incidence ». Sur cette base, Bruxelles entend créer des « labels de l’UE pour les produits financiers verts ». En parallèle, les obligations des investisseurs devraient être clarifiées et renforcées. En particulier ...

en termes de publication d’informations sur la prise en compte de critères de durabilité. « La Commission examinera s’il est envisageable de recalibrer les exigences de fonds propres applicables aux banques, complète Bruxelles. Lorsque cela se justifie du point de vue du risque, tout en veillant à préserver la stabilité financière ».

Ce plan doit maintenant être débattu lors d’une « conférence de haut niveau » le 22 mars.  « La Commission a su relever les défis de la finance durable et doit être félicitée et soutenue dans son approche : par le Parlement, par les États membres, par le secteur financier et par toutes les parties prenantes », enjoint dans un communiqué Philippe Zaouati, PDG de la société de gestion Mirova. « Les prochaines élections européennes approchant, le calendrier est serré », prévient celui qui est aussi président de la structure « Finance for Tomorrow », qui promeut les initiatives environnementales au sein de la place financière de Paris, et responsable à Paris du mouvement La République en Marche.