Total Eren démarre un projet de stockage de 100 MW en Australie

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Eren)

Total Eren va commencer la construction, dans les semaines qui viennent, d’une centrale photovoltaïque de 250 MW (avec possibilité d’étendre à 350 MW) en Australie. La compagnie française a également obtenu l’autorisation d’installer un système de stockage par batteries jusqu’à 100 MW. Avec ses activités d’effacement (Voltalis) et de gestion du froid (Fafco et Cryogel), le groupe Eren se positionne sur plusieurs maillons de la chaîne de stockage.

Hybrider selon les cas

Dénommé Kiamal Solar Farm, le projet australien s’appuie sur la signature de power purchase agreements (PPA), notamment avec l’électricien local Meridian Energy Australia pour 200 MW. Le parc photovoltaïque devrait entrer en opération mi-2019. Total Eren prévoit de développer une installation de stockage par batteries pouvant aller jusqu’à 100 MW. « Il n’a pas encore été décidé si le stockage sera couplé au parc solaire ou directement au réseau en stationnaire. Tout dépend des besoins des consommateurs industriels et des distributeurs électriques avec qui nous négocions actuellement la vente de l’électricité solaire », explique David Corchia, co-fondateur du groupe Eren et directeur général de la filiale Total Eren, dédiée aux EnR.

L’intégration du stockage par batterie est encore ...

nouvelle chez Eren : « Nous avons, avec nos partenaires, une petite centrale solaire (4,8 MWp) qui est couplée avec du stockage batterie et qui fonctionne depuis 2015 à Montjoly en Guyane et nous construisons actuellement en Martinique un parc éolien de 14 MW couplé à du stockage batterie. Nous n’avons pas encore réalisé de projets de stockage pur mais cela peut avoir du sens sur de grands réseaux, notamment pour compenser les variations rapides de production liées aux passages de nuages et aux variations de production éolienne », détaille David Corchia.

Stockage de froid

Avec la hausse du taux de pénétration des énergies renouvelables sur les réseaux, les besoins de stockage grandissent. C’est à partir de ce constat que David Corchia et Pâris Mouratoglou ont développé la branche industrielle d’Eren (pas concernée par le partenariat avec Total), dédiée notamment aux services de gestion de l’énergie. Ils ont misé très tôt sur la chaîne du froid, très énergivore, en rachetant deux sociétés spécialisées.

Fafco a mis au point une technologie à base de glaçon constitué dans un bac de stockage progressivement décongelé pour subvenir aux besoins en froid du site client au moment le plus critique de la journée (pic de consommation) puis reconstitué en heures de basse consommation. Cryogel fabrique des boules et capsules de glaces que l’on arrose pour récupérer le froid et alimenter notamment des climatisations dans des aéroports, complexes sportifs, centres commerciaux, immeubles de bureaux, et des mosquées (Abu Dhabi). « Ce sont des technologies de stockage de froid plus efficaces, avec moins de pertes énergétiques et surtout moins coûteuses en termes d’investissement. Nous commercialisons ces solutions, en Europe, mais aussi beaucoup au Moyen-Orient et en Asie, où les besoins en froid sont considérables », souligne David Corchia.

Quid du rapprochement avec Total ?

Interrogé par GreenUnivers sur les synergies développées avec son nouveau actionnaire Total, David Corchia confirme : « Total nous fait partager sa présence internationale et son vaste réseau. Bien sûr nous avons un accès privilégié aux équipes de Saft (racheté par Total en 2016) qui développent des batteries haute performance. Leurs produits sont adaptés à des besoins complexes. Pour autant, cela ne signifie pas que nous ayons une quelconque exclusivité de fourniture, pas plus qu’avec SunPower d’ailleurs, avec qui nous travaillons comme nous le faisions avant l’alliance stratégique avec Total ».

Total Eren estime qu’il remplira son objectif de 2 GW installés en 2020 et se fixe désormais 3 GW en 2022. La compagnie annonce 800 MW en exploitation ou en construction, et un portefeuille de projets en développement de 1,5 GW.