Stockage : les projets pilotes français voient plus loin que les batteries

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

L’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (Ancre), fondée par le CEA, le CNRS, l’IFPEN et CPU*, faisait le point hier sur ses avancées dans le stockage d’énergie. Pour Christophe Gégout, son président, « le stockage est l’un des cinq thèmes capables de révolutionner l’énergie mondiale ».

La capacité actuelle, de 150 GW et à 95% formée par des centrales de pompage-turbinage (STEP) va se diversifier : vers les batteries bien entendu mais « c’est toute la palette des technologies qui devra être mobilisée » pour réussir la transition énergétique. Laquelle « constitue une opportunité pour développer de nouveaux modèles d’affaires », dont certains peuvent déjà trouver des débouchés. L’Ancre y contribue avec des projets de recherche autour des « grands » instituts, qui ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.