Les fonds régionaux TE, avec divers modèles public-privé, font tache d’huile

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Oser)

Présentée officiellement aujourd’hui à l’occasion des Assises de la transition énergétique à Genève mais annoncée en décembre, l’association des fonds régionaux dédiés à l’investissement dans les projets d’énergies renouvelables, baptisée FRTE, veut que ses membres soient « représentés dans les différentes filières : solaire, éolienne, biogaz…. De même qu’auprès des pouvoirs publics, la Commission de régulation de l’énergie, la DGEC, les élus… », comme l’explique Benoit Lemaignan, directeur du fonds Oser et président de FRTE. Par exemple, l’association souhaite participer aux réflexions des groupes de travail solaire et méthanisation, en particulier celles liées au financement.

La jeune association réunit sept membres pour l’instant, parmi lesquels Oser donc (Auvergne Rhône-Alpes), MPEI (Occitanie) et Eilan (Bretagne), qui sont des précurseurs – Eilan a ainsi été créée en 2011. Ils ont été rejoints par Terra Energies (Nouvelle Aquitaine), Energies Posit’if (Ile-de-France) et Cap3RI (Hauts-de-France).

Attelage public-privé

D’autres régions, à divers stades à l’heure actuelle de préparation de leur outil financier, font ou vont faire ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.