Les cleantech industrielles ont la cote au Royaume-Uni [Avis d’expert]

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
David Dornbusch (DR)

Brexit ou pas, les sociétés britanniques des cleantech restent très dynamiques, avec des innovations technologiques et industrielles trop souvent négligées de notre côté de la Manche. C’est le constat dressé par David Dornbusch, président de l’association CleanTuesday, présent à la 9e édition du Rushlight Show le 25 janvier dernier à Londres, dans les locaux de la Royal Geographical Society.

« Avec près de 90 start-up et PME exposantes et 40 pitchs, ainsi que des conférences parallèles dédiées à l’économie circulaire, le Ruslight Show était l’occasion d’avoir une bonne vision des grandes lignes actuelles des cleantech britanniques – et irlandaises – d’où était issue la grande majorité des sociétés présentes.

Innovations dans les matériaux et les machines 

Du côté des start-up, on peut noter la particulière présence de « Hard Cleantech » proposant des innovations dans le domaine des matériaux – Big Solar et ses nanotechnologies pour le solaire et le stockage, Kubos Technologies pour les led – ou des machines lourdes disruptives (pompes ou réfrigération comme Dearman qui a déjà levé 30 M€ en 7 ans). Par contraste, les « plates-formes » de pilotage ou de contrôle des fluides et énergies qui sont massivement présentes dans les événements en France et en Allemagne, étaient quasi absentes à Londres.

Dans les énergies, on voit apparaître un écosystème d’innovations autour de l’éolien offshore dont le développement est très important au Royaume Uni: start-up de surveillance, maintenance des turbines (Wind Farm Analytics) et des lignes électriques offshore. Le contraste est saisissant avec le retard majeur qu’est en train de prendre la France, totalement absente de l’éolien offshore.

Peu de solaire

On notera en revanche que malgré l’importance du parc solaire britannique (tant centralisé que rooftop), peu de sociétés actives dans le domaine étaient présentes, à peine une ou deux inévitables « blockchains » pour le solaire et un petit peu de réseau et stockage décentralisé (ELE avec son réseau en courant continu, Powervault). On est loin des grand-messes allemandes de type Intersolar…

Agritech en effervescence

Enfin notons que le « Rushlight Award » a été remis à une société de l’Agritech, Airponix, qui veut résoudre la faim dans le monde en réduisant considérablement les besoins en terres, eau et énergie nécessaires aux cultures. Le secteur de l’Agritech était également bien représenté (Phycofeeds, Entrade).

Au bilan, si on a souvent de ce coté de la Manche la vision d’une Grande-Bretagne plus financière qu’industrielle, la réalité est bien différente avec une forte dynamique autour de vraies innovations industrielles et technologiques extrêmement enthousiasmantes.

Notons aussi que la capitale britannique garde une scène très active en Europe en terme d’événements Cleantech et Innovation verte, tant avec les acteurs locaux Rushlight Show et Cleantech Innovate qu’avec la tenue de versions locales d’événements européens comme Ecosummit ou Cleantech Venture Day. Un dynamisme conforté par les pouvoirs publics : le Ruslight Show était introduit par Claire Perry, Minister of State for Energy and Clean Growth, qui a annoncé des mesures de soutien visant particulièrement à rassurer les acteurs britanniques à l’approche du Brexit. »