Bientôt une filière pour la fin de vie des éoliennes ?

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit: Anne-Claire Poirier)

La dernière ligne droite se présente : celle où l’on valide le modèle économique. Si les conclusions s’avèrent satisfaisantes, c’est une filière complète qui pourrait naître dans la région Grand Est d’ici 2020 pour gérer « la fin du premier cycle de vie des éoliennes, avant repowering éventuel », présente Didier Evano, président de Net-Wind, une PME fondée en 2011 et historiquement positionnée sur la maintenance éolienne.

Le sujet commence à peine à être traité par l’administration. Mais la question du repowering – c’est-à-dire du renouvellement ou de l’amélioration des plus anciennes centrales – s’impose comme l’un des enjeux des prochaines années pour l’éolien français. Et qui dit renouvellement des parcs, dit démantèlement des équipements pour en installer de nouveaux. Pour le financement, « les exploitants de parcs éoliens ont l’obligation de constituer une garantie de 50 000 euros par machine, mais ce montant est insuffisant pour rentabiliser le démantèlement », analyse Didier Evano. C’est la raison pour laquelle sa société, qui vient de lever des fonds, a pris la tête d’un groupement d’entreprises. L’objectif est de...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.