SunEdison a survécu, son avenir reste flou

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : SunEdison)

La faillite la plus retentissante des énergies renouvelables sort du chapter eleven américain. Mais SunEdison n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le plan de réorganisation de la compagnie, approuvé en juillet dernier par le tribunal des faillites de New York, est entré en vigueur le 29 décembre. Désormais dirigée par John Dubel et Richard Katz, l’entreprise « émerge avec une surface nettement réduite et continuera à se concentrer sur la monétisation de ses actifs restants ». Ses deux yieldcos non-concernées par la procédure, TerraForm Power et TerraForm Global, ont été vendues au propriétaire canadien de centrales hydroélectriques Brookfield Asset Management pour 1,7Md$ (1,4 Md€).

Renaissance difficile

Pionnier de l’industrie photovoltaïque aux Etats-Unis, boulimique d’acquisitions d’entreprises, SunEdison a brutalement perdu la confiance des investisseurs suite à la fusion avortée avec Vivint Solar, n°2 du solaire résidentiel américain, racheté en 2015 pour  2,2 Mds$ (2 Mds€). Ils ont été déboussolés par l’absence apparente de synergies entre Vivint Solar et SunEdison. Le développement prometteur de SunEdison dans les pays émergents n’a pas suffi à ralentir...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.