Scénarios, débat, suivi : les 3 zones d’ombre de la PPE

Print Friendly, PDF & Email
Crédit : Flickr/Julie Kertesz

Les députés s’emparent de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Après des ateliers préparatoires menés par le gouvernement, le débat sur la PPE a fait ce 31 janvier son entrée à l’Assemblée nationale. Les commissions du Développement durable et des Affaires économiques ont auditionné Jacques Archimbaud, vice-président de la Commission nationale du débat public (CNDP), l’autorité administrative qui doit piloter la prochaine phase des discussions sur la PPE.

Au printemps 2018, la CNDP va organiser un vaste débat pour remettre au début de l’été des recommandations au gouvernement. Au niveau national, le processus comprendra une série de consultations : cahiers d’acteurs, panel de 400 citoyens tirés au sort, auditions d’experts… En régions, des rencontres seront organisées, en particulier là où sont actuellement renégociés les Sraddet (schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires).

A quoi servira le débat public ?

Des zooms locaux seront faits en veillant à couvrir tous les types de territoires : métropoles, zones rurales, territoires à énergie positive ou « énergie intensifs »… Sont notamment cités Loos-en-Gohelle, Arras, Gravelines et la Vallée de l’Arve. Des rencontres sont aussi prévues par familles d’acteurs : jeunes, consommateurs, entreprises du secteur de l’énergie, « innovateurs », artisans et commerçants, personnes en situation de précarité énergétique… Mais dans quel but ? Officiellement, il s’agit de ...