L’Occitanie donne le top départ des grandes agences régionales de la TE

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : MPEI)

Votée le 21 décembre par le conseil régional, l’Agence régionale de l’énergie (ARE) de l’Occitanie est désormais sur les fonts baptismaux et sera pleinement opérationnelle en juin. Elle va être le bras armé de la région pour activer la transition énergétique sur le terrain, dans la production EnR mais aussi l’efficacité énergétique. Projet consensuel et ambitieux, l’ARE a été votée par tous les élus à l’exception du Front national et est dotée, dès 2018, d’un budget annuel de 10 M€. C’est le triple du budget de la structure actuelle, le fonds régional MPEI (Midi-Pyrénées Energies Investissements) créé par l’ancienne région éponyme en 2014 et qui a investi 9 M€ jusqu’à maintenant.

SPL et SEM

« L’Occitanie veut être à énergie positive en 2050, ce qui veut dire une production EnR multipliée par trois et une consommation d’énergie divisée par deux, pour une population qui entre-temps sera passée de 5,7 millions de personnes à 7,2 millions. Autant dire qu’il faut commencer tout de suite », formule Thierry Cotelle, conseiller régional en charge du projet, président du fonds MPEI et probable futur responsable de l’agence. Cette structure va disposer de deux outils majeurs : d’une part une société publique locale (SPL) pour réunir les collectivités intéressées, les syndicat départementaux, les EPCI (communautés de communes) ;  de l’autre, des sociétés d’économie mixte (SEM) de manière à associer le secteur privé : entreprises, investisseurs professionnels et citoyens. 

Le plan de marche de cet opérateur encore inédit en région, de part ses moyens et son rayon d’action, paraît clair. Les SEM ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.