EnR : la Chine met les bouchées doubles à l’international [Étude]

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Alexandre Simonnet)

Une étude de l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA), parue le 9 janvier, rend compte de l’implication de la Chine dans les énergies renouvelables, notamment ses investissements à l’étranger. Et le mouvement est impressionnant : en 2017, l’Empire du Milieu a investi 44 Mds$ (36 Mds€) dans les EnR dans le monde, contre 32 Mds$ (26 Mds€) l’année précédente. Trois groupes chinois (China Energy Investment Corporation, Xinjiang Goldwind et China Three Gorges) figurent dans le top 10 des développeurs éoliens, et dans le solaire les industriels chinois règnent en maîtres depuis plusieurs années.

Initiative « Belt and Road »

D’ici 2022, la part de la Chine sur le marché mondial en termes de capacité installée atteindra 42% dans le solaire, 35% dans l’hydroélectricité et 40% dans l’éolien terrestre, selon l’étude. L’IEEFA met en avant l’initiative « Belt and Road », ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.