Les enjeux des groupes de travail solaire et biogaz

Print Friendly, PDF & Email
Source : Flickr/Windwärts Energie

Après le groupe de travail éolien, place à ses alter egos solaire et méthanisation. Ils devraient être menés tambour battant par la Direction générale pour l’énergie et le climat (DGEC). Dans le solaire, la concertation doit aboutir fin février et, côté biogaz, une première liste de propositions doit être dévoilée par le ministère de la Transition écologique et solidaire au Salon de l’agriculture, qui commencera le 24 février. Un pas de charge qui n’est pas aberrant, car les deux filières consultées savent ce qu’elles veulent et sont en train de peaufiner des demandes recentrées et finalement peu nombreuses, formulées depuis longtemps, qui seront remises la semaine prochaine à la puissance publique.

Annualiser la CMax

De plus en plus ambitieux pour ses objectifs 2030, le secteur méthanisation et surtout celui du biométhane bénéficient du soutien de la FNSEA, puissant lobby s’il en est. Ses revendications nombreuses portent sur la simplification administrative et la réduction des niveaux de juridiction, la fiscalité et le financement, en particulier un fonds de garantie bancaire, un tarif d’achat sur 20 ans (et non 15) et une visibilité sur le maintien du guichet ouvert. Mais tout ne pourra pas être obtenu dans les semaines qui viennent, notamment parce qu’un accord de la Commission européenne peut être nécessaire.

Parmi les dossiers défendus, les développeurs souhaitent très précisément ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.