Biométhane : pas loin de x 2 en 2017, pour les centrales et le volume

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flickr/Observatoire Régional Energie Climat Air de Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Ça gaze pour le biométhane : 44 sites de production sont aujourd’hui raccordés au réseau, contre 26 il y a un an, selon les chiffres annoncés ce matin par le réseau transporteur GRTGaz. La production a quasiment doublé, passant de 215 GWh à 408 GWh. Ce qui reste bien entendu minuscule comparé aux centaines de TWh de la consommation nationale. Mais le nombre de projets, 361 en l’occurrence, a le mérite d’être en ligne avec l’objectif de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), soit 8 TWh injectés en 2023.

« Manque d’ambition »

La nouvelle dynamique autorise même Thierry Trouvé, directeur général de GRTGaz, a reprendre le souhait exprimé collectivement par les gestionnaires de réseaux gaziers en novembre : tripler l’objectif de gaz 100% vert en 2030 et donc passer des 10% de la consommation, prévus par la Loi de transition énergétique (LTE), à 30%. « L’objectif 2030 actuel manque d’ambition ; 90 TWh peuvent être injectés en 2030, grâce à la méthanisation, la gazéification et le power to gas », affirme Thierry Trouvé. Une étude menée par l’Ademe avec les opérateurs, présentée le 30 janvier lors des Assises européennes de la transition énergétique à Genève, va même prouver qu’on peut aller beaucoup plus loin et ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.