Le savoir-faire français sur le biogaz s’exporte en Chine

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Evergaz)

Après le solaire, l’éolien et l’hydroélectricité, au tour de la filière française du biogaz de se tourner vers l’export. Il y a quinze jours, Engie annonçait avoir recensé en interne une trentaine de projets à l’international, sur 70 au total, à différents stades. Mais les PME commencent elles aussi à sortir de l’Hexagone. Evergaz par exemple exploite deux centrales en Allemagne et une en Belgique, de gros gabarit. Ce développeur basé à Paris compte désormais aller beaucoup plus loin. Il vient d’intégrer le projet de démonstrateur Hangzhou Dream town, conduit par la société franco-chinoise Gold Truffle Engineering.

Étude de faisabilité

Située à 200 km à l’ouest de Shanghaï, l’agglomération de Hangzhou (12 millions d’habitants) veut réduire la pollution et les déchets, d’autant que son expansion continue l’amène à encercler des centres d’enfouissement auparavant éloignés. C’est la raison d’être de ce gros projet d’économie circulaire urbaine qu’est ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.