Le savoir-faire français sur le biogaz s’exporte en Chine

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Evergaz)

Après le solaire, l’éolien et l’hydroélectricité, au tour de la filière française du biogaz de se tourner vers l’export. Il y a quinze jours, Engie annonçait avoir recensé en interne une trentaine de projets à l’international, sur 70 au total, à différents stades. Mais les PME commencent elles aussi à sortir de l’Hexagone. Evergaz par exemple exploite deux centrales en Allemagne et une en Belgique, de gros gabarit. Ce développeur basé à Paris compte désormais aller beaucoup plus loin. Il vient d’intégrer le projet de démonstrateur Hangzhou Dream town, conduit par la société franco-chinoise Gold Truffle Engineering.

Étude de faisabilité

Située à 200 km à l’ouest de Shanghaï, l’agglomération de Hangzhou (12 millions d’habitants) veut réduire la pollution et les déchets, d’autant que son expansion continue l’amène à encercler des centres d’enfouissement auparavant éloignés. C’est la raison d’être de ce gros projet d’économie circulaire urbaine qu’est ...

Article précédentLes fonds d’investissement régionaux s’allient pour peser plus
Article suivantLe robot agricole de Naïo Technologies creuse son sillon