Neoen passe aux green bonds grande taille

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Neoen)

Bis repetita mais en six fois plus grand. Après un green bond de 40 M€ en 2015, Neoen en émet un nouveau pour refinancer ses projets, de 245 M€ cette fois. Le montage est exactement le même qu’il y a  deux ans  : l’obligation junior de 20 ans de maturité est logée dans une holding de projets dédiée – ce n’est donc pas de la dette corporate, le financement est directement assis sur le revenu actuel ou futur des projets – et comme la précédente émission mezzanine, ...

celle-ci a été labellisée verte par l’agence de notation Vigeo. Le souscripteur est encore une fois anglo-saxon mais ce n’est plus l’assureur Prudential et le fonds Sequoia. Il s’agit du fonds infra et immobilier australien AMP Capital (17,9 MdsAUS sous gestion), filiale du fonds de pension AMP, un investisseur long terme et paisible… comme Prudential.

42 projets dans le périmètre

L’opération regroupe cette fois 42 projets éoliens et solaires en France, Australie et Amérique latine. Le tout pour une puissance de 1,6 GW, les projets étant en cours de construction ou en exploitation mais aussi au stade du développement final, une vraie nouveauté par rapport au premier green bond et qui dénote une certaine confiance chez le financeur. A noter que l’opération est réalisée dans trois devises à garantie croisée, selon l’origine géographique des projets (€, $ et AUS), ce qui est rendu possible, entre autres, par le fait que Neoen est installé dans des pays à devise puissante ou qui acceptent de payer l’électricité en monnaie forte.

2 GW en 2018

« Nous refinançons la dette de certains actifs et allons pouvoir réinvestir dans de nouvelles centrales », commente Xavier Barbaro, le PDG. Les besoins sont importants, car Neoen prévoit 4 GW de capacité installée en 2020. « Nous passerons le cap des 2 GW installés ou financés à l’été prochain », annonce le dirigeant. Il ne prévoit pas d’augmentation de capital en 2018. Ensuite, « on verra si les besoins s’accélèrent ». Une introduction en Bourse, déjà évoquée dans le passé, sera alors une possibilité, sans plus de précision pour l’instant.

Le développeur-exploitant, qui ne revend aucun des actifs raccordés et a basé donc son modèle à 100% sur la vente d’électricité, annonce 1,3 GW installés ou financés aujourd’hui. Il possède un pipe lourd de projets en Australie, France, Mexique, Salvador, Zambie, entre autres – Neoen est présent dans 10 pays au total. Il vient de gagner plusieurs centaines de MW en Argentine et au Mexique, avec un tarif inférieur à 19 $/MWh dans ce dernier pays.

Outre les centrales de production de standard international, l’entreprise mise aussi de plus en plus sur le stockage batteries, lié ou non, à la production EnR, comme Akuo Energy ou EDF EN. Neoen le fait en particulier en Australie, où il vient de mener avec Tesla un projet express de 100 MW. Un autre gros projet, lui aussi connecté au réseau, va y être annoncé.