Le fonds Eiffel Energy Transition atteint 200 M€ d’engagements

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Cap Vert Energie)

Beau succès pour le jeune fonds Eiffel Energy Transition qui a eu droit à une reconnaissance officielle, hier 7 décembre, avec une présentation au ministère de la Transition écologique et solidaire, en présence du secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu, au titre des « nouvelles solutions de financement » pour la transition énergétique. Lancé il y a seulement huit mois, il vient tout juste d’atteindre 200 M€ d’engagements, dont 40% de fonds publics (40 M€ de l’Ademe via les Investissements d’avenir, autant de la Banque européenne d’investissement), le solde provenant de d’acteurs privés (Pro BTP, Maif…). Un objectif initialement visé en 24 mois !

272 projets financés

Ce véhicule ...

créé par Eiffel Investment Group (détenu par Impala, holding de l’hommes d’affaires Jacques Veyrat, par ailleurs actionnaire de Neoen) propose un financement inédit, de court terme (maximum 3 ans), entre les fonds propres de développement et le crédit bancaire long terme. Il intervient généralement pendant la période de construction des installations, ce qui libère du capital pour d’autres projets. De quoi séduire les développeurs : le fonds a déjà investi 103 M€ dans 272 projets portés par 11 développeurs dont Akuo Energy, Neoen, Cap Vert Energie, Innovent ou encore Helexia. Soit au total plus de 120 MW d’énergies renouvelables financés. Et plus de 210 M€ de besoins additionnels sont en cours d’étude.

L’efficacité énergétique en force dans le pipe

Les sommes prêtées ayant vocation à être remboursées rapidement puis réinvesties, la capacité de financement du fonds approche le milliard d’euros sur ses dix années de vie programmées.

87% des projets financés sont sur le territoire français, les autres dans d’autres pays européens, 67% concernent des installations solaires, 14% de l’éolien, 11% de la cogénération. « Si pour l’instant, nous avons surtout un portefeuille dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique monte en puissance, avec des projets de rénovation thermique de sites. Nous en agrégeons trois ou quatre d’un même développeur dans une obligation. Les retours sur investissement étant rapides, souvent sur 4 ou 5 ans, notre solution est un vrai levier pour le secteur », estime Pierre-Antoine Machelon, managing director du fonds.

Le succès de la formule repose aussi sur le réactivité du fonds : « nous acceptons ou refusons un dossier en trois ou quatre jours, la phase de due diligence dure ensuite environ un mois », précise Pierre-Antoine Machelon. Un financement express pour lequel les intérêts oscillent entre 5% et 10%.