Cap3RI boucle son deuxième deal dans la méthanisation corporate

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Expobiogaz)

Le fonds régional de capital-investissement des Hauts-de France Cap3RI continue à miser sur la méthanisation, à fort potentiel dans la région – 1 TWh en 2020 selon le programme collectif Méthania…

Cap3RI vient de boucler son entrée au capital d’AESDana, une PME de 50 personnes originale, car présente dans trois domaines différents : l’informatique, le câblage basse tension et les énergies renouvelables, en particulier les projets de méthanisation en tant que bureau d’études, constructeur et exploitant.

Bonnes références dans le biogaz

C’est évidemment la branche EnR d’AESDana qui justifie l’investissement de ...

1 M€ de Cap3RI, qui veut décliner dans le capital-investissement le concept de Troisième révolution industrielle cher à Jeremy Rifkin. « AESDana compte une dizaine de projets de méthanisation installés ou en construction. Cette entreprise est devenue une référence dans les Hauts-de-France et se développe même ailleurs, notamment dans l’Ouest », explique Julien Watry, chargé d’investissement. Il est convaincu que cette entreprise basée à Saint-Laurent Blangy (Nord) et qui accueille son premier actionnaire extérieur va voir son activité méthanisation « cartonner » dans les années qui viennent.

Créé fin 2015 et disposant d’une enveloppe de 50 M€, Cap3RI réalise là son 4e investissement et sa 2e opération dans la méthanisation, après son entrée au capital d’Airflux Chaumeca (épuration de biogaz) en juin. Il est aussi présent dans l’électrobobinage et le reconditionnement d’éoliennes (1,5 M€ dans une filiale de la PME Drekan) et le traitement des déchets (2 M€ dans le groupe Astradec). Deux autres deals vont être bouclés en janvier. Le fonds aura alors investi 1/5e de son enveloppe.

Après les projets, les entreprises ? 

Le modèle innovant public-privé de Cap3RI intéresse de plus en plus ses homologues, ie les fonds d’investissement régionaux tournés vers la transition énergétique, en général plutôt dédiés au financement des infrastructures EnR. Convaincue qu’il faut aussi soutenir directement les entrepreneurs, la région des Hauts-de-France et la Chambre de commerce et d’industrie ont en effet confié la gestion du fonds Cap3RI après appel d’offres à un acteur privé, Nord Capital Partenaires, détenue à 66% par un spécialiste du private equity, Turenne Capital Partenaires (650 M€ sous gestion) et le Crédit Agricole Nord-de-France. « C’est le gage d’une indépendance par rapport aux différents souscripteurs du fonds – et notamment par rapport à la Région elle-même, NDLR. C’est pour cette raison que d’autres investisseurs privés ont pu rejoindre Cap3RI comme Groupama Nord-Est, soucieux de rentabilité », explique Julien Watry.